Formation privée : bien choisir son école

Que faire après le Bac ? Une question qui taraude l’esprit de plusieurs dizaines de milliers de jeunes élèves, candidats aux examens du baccalauréat cette année. Il y a bien évidemment les différentes structures publiques, hautes études, instituts de formation professionnelle et les différentes branches inscrites dans le cadre du cursus offert par les universités du Royaume. Mais ce n’est pas tout. 
De plus en plus de bacheliers se dirigent vers les écoles privées. Tous les secteurs d’activité sont presque concernés. A commencer par le management, gestion et administration des entreprises, l’informatique, le génie électrique et mécanique, le textile, habillement et cuir, le tourisme et hôtellerie, la paramédical et santé, les services ou encore la coiffure et l’esthétique.
Autant de possibilités pour les jeunes, fraîchement sortis des bancs des lycées nationaux, publics ou privés, pour envisager une vie professionnelle, la plus loin possible du spectre du chômage.
La principale loi n°13.00 qui régit le secteur présente « la formation professionnelle privée » comme étant «toute activité de formation professionnelle initiale ou en cours d’emploi, dans tous ses niveaux et modes diplômante ou qualifiante, dispensée dans des établissements créés par des personnes physiques ou morales autres que l’Etat ».  Et d’ajouter qu’étant un service public, ses objectifs sont divers.
Arrive en premier lieu l’acquisition de connaissances et de compétences professionnelles en vue de l’exercice d’un métier ou l’occupation d’un emploi et à l’adaptation des compétences acquises aux évolutions technologiques en relation avec les besoins du monde du travail. La loi inscrit également « la préservation des fondements et des valeurs de l’identité nationale dans ses dimensions linguistique, culturelle et morale », comme l’un de ses objectifs.
Un vaste programme de mise à niveau du secteur a été lancé par le département de tutelle pour la qualification des filières de formation et l’accréditation des établissements.
Initié depuis l’année universitaire 1997-1998, ce programme a pour objet d’évaluer la conformité de ces filières aux normes en vigueur. Aux côtés de cette kyrielle d’écoles de formation professionnelle privée, existent également dans notre pays des établissements de formation professionnelle étrangers régis par des accords conclus entre les gouvernements des Etats ou les organisations internationales dont relèvent ces établissements et le gouvernement marocain.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *