Forum de la jeunesse du FFD

«Nous sommes la première force de jeunesse au Maroc», c’est en ces termes que M. T’hami El Khyari, secrétaire général du Front des forces démocratiques (FFD) a exprimé, devant la première chaîne de télévision, sa joie quant au succès, dit-il, du congrès de la jeunesse de son parti.
Certes, il y a eu du monde, mais aller jusqu’à annoncer que « Initiatives jeunesse marocaine » est la première association partisane des jeunes, cela relève, probablement de l’euphorie, chère au SG du FFD ; et ce, alors que le rayonnement de ce parti reste assez limité par rapport à celui des organisations appartenant aux partis politiques traditionnels.
Cela dit, le premier Forum national de l’organisation « Initiatives jeunesse marocaine » a ouvert ses travaux vendredi à Rabat sous le signe « La jeunesse, pari de la modernité ».
Plus de 100 délégués représentant les différentes unions locales de cette organisation, relevant du Front des forces démocratiques, ont pris part à cette rencontre de trois jours.
Intervenant lors de ce forum, le secrétaire général du FFD, M. Thami El Khyari, s’est dit convaincu que les travaux de cette rencontre seront sanctionnés par l’adoption de recommandations visant à soutenir et encadrer la jeunesse pour qu’elle s’intègre dans la vie publique et professionnelle.
Abordant les contraintes auxquelles fait face la jeunesse marocaine, M. El Khyari a souligné la nécessité d’accorder une importance particulière au fléau du chômage, entrave de taille devant la réalisation du développement, précisant que le FFD considère que la résorption de ce problème constitue une priorité de la politique sociale du gouvernement d’alternance consensuelle.
Le secrétaire général du FFD a insisté pour que les élections se déroulent dans les délais prévus, soulignant que les élections communales doivent précéder les législatives. Il a estimé que le scrutin à deux tours, adoptée par son parti, demeure « le mode le plus efficace, qui permettra de dégager une majorité homogène ».
Les prochaines échéances électorales seront une occasion pour le peuple marocain d’évaluer la contribution des partis à l’action gouvernementale, relevant que le gouvernement doit être fier des réalisations accomplies sur tous les plans en dépit des critiques dont il est l’objet.
Pour sa part, le coordonnateur national d’ «Initiatives jeunesse Marocaine», M. Mohamed Chakib Bensouda, a indiqué que ce congrès est une occasion pour se pencher sur la situation de la jeunesse. M. Bensouda a formulé le voeu de voir les recommandations de cette rencontre donner une nouvelle impulsion aux initiatives en faveur de la jeunesse afin de lui permettre de s’épanouir et de participer activement à l’action politique, aussi bien au niveau de la vie partisane qu’en ce qui concerne la gestion de la vie publique.
En outre, il a relevé la persistance d’un phénomène paradoxal au Maroc qui consiste, d’une part, en la présence de la jeunesse, en tant que force démographique majoritaire dans la pyramide des âges, et d’autre part, en la marginalisation de cette jeunesse dans la stratégie du développement du pays ; comme cela se manifeste, dit-il, dans le chômage des diplômés.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *