Fouad Ali El Himma élargit le cercle de son influence au Parlement

Fouad Ali El Himma élargit le cercle de son influence au Parlement

Un nouveau triomphe pour l’heureux élu de la circonscription Rhamna, Fouad Ali El Himma. Après avoir gagné l’échéance du 7 septembre, le député a réussi à réunir autour de lui un groupe parlementaire dont le nombre va même au-delà du seuil exigé par la Chambre des représentants. Contactée par ALM, Fatiha Ayyadi, qui s’était présentée lors du scrutin du 7 septembre aux côtés de M. El Himma sur la liste «Dignité et citoyenneté», a affirmé que leur groupe parlementaire "Authenticité et Modernité" a franchi le seuil des vingt sièges requis pour atteindre celui de 30 (bien trente). Ce groupe a pu se faire sans les sièges du PND (Parti national démocrate), avec lequel une alliance n’a pu se conclure en raison de récentes «déclarations erronées» faites par le chef de ce parti. Abdellah El Kadiri avait déclaré à la presse que «M. El Himma avait joint les rangs de l’union PND-Al Ahd», laissant planer l’ambiguïté sur la nature de cette alliance. Ce qui lui a valu un démenti cinglant de la part du camp El Himma. «Nous n’avons déclaré à aucun moment notre appartenance à cette alliance», a affirmé Fatiha Ayyadi, qui a ajouté que M. Kadiri avait fait preuve de «précipitation» en faisant cette déclaration. Cette «précipitation» a été lourde en conséquences pour le PND, qui a été écarté des négociations pour la formation du groupe parlementaire. Ce groupe, désormais fort d’une trentaine de députés, a permis à M. El Himma d’être élu à la tête de l’une des commissions parlementaires les plus "stratégiques" de la première Chambre. Lors de la dernière séance plénière consacrée à l’élection des membres du bureau de la Chambre et des présidents des commissions permanentes, M. El Himma est parvenu à se faire élire, confortablement, à la tête des Affaires étrangères, de la Défense nationale et des Affaires islamiques. «Un rôle qui semble avoir été taillé sur mesure pour le député El Himma», commente un observateur des affaires politiques, qui a argué de «l’expérience riche accumulée par M. El Himma en ce qui concerne notamment la gestion du dossier de l’intégrité territoriale du Royaume». Pour rappel, l’ancien ministre délégué à l’Intérieur a été l’un des piliers de la délégation qui a représenté le Royaume aux négociations de Manhasset, à New York, sur la question du Sahara.
En ce qui concerne maintenant les présidents des autres commissions parlementaires, il y a lieu de relever que la présidence de la commission de la Justice, de la Législation et des droits de l’Homme est revenue au député PJD (Parti de la justice et du développement), Lahbib Choubani. S’agissant de la commission de l’Intérieur, de la décentralisation et des infrastructures, elle sera présidée par le député MP Mohamed Moubdie. La commission des Finances et du Développement économique, elle, est revenue au député du groupe istiqlalien de l’Unité et de l’Egalitarisme, Aâmar Chaïkh. Saïd Chbaâtou (groupe socialiste) et Noureddine Lazrak (groupe RNI) ont été élus respectivement présidents de la commission des secteurs productifs et des secteurs sociaux.
Reste, les chefs des groupes parlementaires. Le groupe de l’USFP sera présidé par Ahmed Zeïdi, celui du  PI par Latéfa Bennani Smires, du MP par Essaïd Ameskane, du RNI par Abdelaziz Alaoui Hafidi, de l’UC par Chaoui Belassal, de l’Alliance des forces progressistes et démocratiques (PPS-FFD) par Rahou El Hilaâ, et du groupe "Authenticité et modernité" par Najib El Ouazzani.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *