Ftour Avec Abderrahim, gardien de voitures

Ftour Avec Abderrahim, gardien de voitures

En principe, Ramadan rime toujours avec rassemblement familial, regroupement autour de la table du ftour avec un menu aussi varié que le permet le budget de chaque famille…

Mais, par la force des choses, il y a des exceptions à cette règle. Certaines personnes, en raison de leur travail qui coïncide avec l’heure de la rupture du jeûne, sont obligées de rompre le jeûne en dehors du cadre familial, souvent dans un café ou sur le lieu même du travail. ALM a décidé cette année de partager avec ces gens ce moment qu’ils sont obligés de passer en dehors de l’environnement habituel et du cadre familial. Comment prennent-ils leur ftour ?

Il est presque 19h41 lorsque Abderrahim, gardien de voitures dans une rue à Maarif, s’apprête à rompre le jeûne. Alors que les rues sont désertes, le gardien de voitures ouvre ses boîtes à repas. Au menu harira, chebakia, dattes et œufs. «Je suis au régime», ironise-t-il. Ayant dépassé la soixantaine, Abderrahim est gardien de voitures depuis plus d’une dizaine d’années.

Pendant le Ramadan, c’est sa fille qui lui prépare son ftour avec soin. Celui-ci confie que son petit-fils lui ramène chaque jour son repas mais parfois les habitants du quartier l’invitent à la table du ftour. Abderrahim explique que son métier lui permet de vivre décemment bien qu’il soit dans l’informel comme beaucoup l’appellent.

Toutefois, ses problèmes de dos l’empêchent de plus en plus d’exercer son métier convenablement comme par le passé, indique-t-il. Non sans une certaine amertume, le gardien de voitures explique que plus jeune il pouvait travailler en permanence dans le quartier même pendant le Ramadan et ce quelle que soit la température. Désormais, il confie que cela devient de plus en plus pénible pour lui. Il a donc choisi de partager cette tâche avec d’autres gardiens.

«Les temps sont de nos jours difficiles, le vol n’était pas aussi courant. Maintenant certains «malins» profitent du Ramadan pour commettre des vols de voitures ou juste les vandaliser», confie-t-il. Toutefois, celui-ci note également que le regard de la société a changé dans la mesure où les gens prennent de plus en plus conscience du rôle indispensable des gardiens de voitures.

1 Comment

  1. Fatiha

    Une excellente série d’articles. Merci et merci aux personnes qui ont partagé un moment de leur vie avec nous.

    Reply

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *