Gaza : le cargo libyen reprend sa route

Gaza : le cargo libyen reprend sa route

Le cargo d’aide libyen pour Gaza, immobilisé plusieurs heures dans la nuit de mardi à mercredi dans les eaux internationales, a repris sa route en milieu de journée mercredi mais les versions israélienne et libyenne divergeaient quant à son but. Une source au sein de l’armée israélienne a indiqué que le navire semblait se diriger vers le port, égyptien d’Al-Arich alors qu’un responsable de la Fondation Kadhafi, qui a affrété le navire, affirmait qu’il maintenait son cap vers Gaza. «La cargo a repris sa route mais difficilement. Des navires militaires israéliens tentent de lui barrer la route et de le dévier loin des côtes de Gaza», a déclaré à l’AFP Youssef Sawan, directeur exécutif de la Fondation, affirmant que le navire était «à trois heures de Gaza». «Les Israéliens nous ont donné le choix: rebrousser chemin ou nous rendre au port d’Al-Arich. Sinon, ils menacent de recourir à la force et d’escorter le bateau vers le port israélien d’Ashdod», a-t-il ajouté. Dans le même temps, la source militaire israélienne a indiqué que le bateau «semblait se diriger vers Al-Arich». «Nous continuons de surveiller le navire, il n’ira pas à Gaza», a-t-elle dit. «Il se trouve dans les eaux internationales, à 60 mille du port égyptien d’Al-Arich et à 80 milles de Gaza», a indiqué, mercredi matin, un porte-parole de l’armée israélienne. M. Sawan avait affirmé dans la nuit à l’AFP que le navire était paralysé par une panne de moteur. Mais la marine israélienne surveillait de près le bateau pour s’assurer qu’il ne s’agissait pas d’une manœuvre. Selon un responsable militaire, cité mercredi par le quotidien israélien Maariv, les forces navales ne s’attendent pas à rencontrer de difficultés avec les 21 personnes à bord du cargo, 12 membres d’équipage, huit militants pro-palestiniens et un journaliste, mais sont prêtes à toute éventualité. «Si nos soldats rencontrent des difficultés, ils n’hésiteront pas à faire usage de la force», a-t-il assuré. Selon la sécurité égyptienne, l’Amalthéa était «attendu mercredi dans le port d’Al-Arich, où il a reçu l’autorisation des autorités égyptiennes pour décharger sa cargaison», a affirmé dans la nuit un responsable des services de sécurité égyptiens à l’AFP sous couvert de l’anonymat. D’après un officiel israélien, le capitaine cubain du cargo aurait consenti à changer de route et à se diriger vers Al-Arich, où les autorités israéliennes lui avaient demandé d’accoster. Depuis le départ du navire samedi d’un port grec, et en dépit des pressions israéliennes, la Fondation Kadhafi affirme que le navire se rendra à Gaza. Selon la Fondation Kadhafi, une association caritative présidée par Seif Al-Islam, fils du numéro un libyen Mouammar Kadhafi, l’Amalthéa est «chargé de deux mille tonnes d’aide humanitaire sous forme de nourriture et de médicaments». Ces derniers jours, Israël a déployé d’intenses efforts diplomatiques pour que le cargo libyen se déroute vers l’Égypte mais a averti qu’il n’hésiterait pas à l’arraisonner s’il maintenait le cap sur Gaza. L’État hébreu, qui a dénoncé «une provocation superflue», espère prévenir une réédition du récent fiasco de sa marine dans les eaux internationales au large de Gaza. Le 31 mai, des commandos israéliens avaient intercepté une flottille humanitaire internationale qui s’efforçait de «briser» le blocus israélien, une opération mal préparée et exécutée qui a entraîné la mort de neuf militants turcs pro-palestiniens, soulevant un tollé dans le monde entier.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *