Gertrude : Pour mieux circuler à Casablanca

Se sentir en sécurité autant à pied qu’à bicyclette. Être à l’heure à ses rendez-vous. Pouvoir se fier aux horaires de l’autobus. Savoir au moment de partir, le temps qu’il va falloir pour aller d’un lieu à un autre. Voir arriver les secours dès qu’ils ont été appelés. Est-ce un rêve ou même une utopie pour Casablanca ? Et pourtant, les solutions existent. L’adoption de ce projet qui a fait ses preuves ailleurs, pouvait être adoptée depuis des années. Mais malheureusement, la ville de Casablanca ne veut pas encore se décider.
Lors du dernier salon France Expo, un stand bien isolé n’a pas manqué d’interpeller les visiteurs. Gertrude, un système de gestion du trafic en temps réel, dont la société est installée à Bordeaux, y était présentée.
Contact pris avec les deux représentants de la société, il s’est avéré que la solution développée par la société bordelaise a été présentée… en 1988 aux autorités de la ville de Casablanca. Depuis, aucune décision n’a été considérée. Pis, la ville de Bordeaux, dans le cadre de son jumelage avec Casablanca, projetait de mettre en place ce système, opérationnel sur ses réseaux. Un prêt, dans le cadre d’un protocole du gouvernement français, sur plusieurs décades et un taux extrêmement bas, devaient faciliter la prise de décision. «Compte tenu de la donne politique évolutive de la ville de Casablanca et de la langue de bois qui n’a rien ajouté, le projet traîne toujours», déclare notre interlocuteur. Contact pris avec les services de la ville, il se trouve qu’effectivement un contrat a été signé entre la Communauté urbaine de Casablanca et la société Gertrude en mars 1997. Il a été admis par les élus de la ville ainsi que de l’autorité de tutelle. «Il serait temps de mettre en place le système. En plus, une étude d’urbanisation est en cours. Il est évident qu’il est sage de prendre l’avis de la société», tient à préciser son représentant . Les effets bénéfiques de la Gestion électronique de régulation en temps réel pour l’Urbanisme les déplacements et l’environnement tels que peuvent les apprécier les habitants des villes qui se sont dotées de Gertrude ne sont plus à prouver.
«Chaque ville est étudiée, en fonction de ses besoins propres et de ses spécificités, par de véritables experts, qui construisent des logiciels spécialement conçus pour elle», est-il préciser. À titre d’exemple, Gertrude agit vraiment à la seconde en commandant directement chacun des feux des carrefours.
En ne laissant entrer dans un secteur ou un carrefour que ceux qui peuvent les franchir, ce système permet assurément une meilleure fluidité de la circulation. Grâce à une gestion globale personnalisée, totalement adaptative, entièrement centralisée, en véritable temps réel, qui en empêchant tout blocage entretient une fluidité permanente des déplacements.
Gertrude offre ainsi aux responsables de la ville, qu’elle soit grande ou petite, la possibilité de réaliser pleinement le plan des déplacements urbains qu’ils ont choisis, grâce au puissant outil d’application que constituent ses logiciels.
De plus, le système met à leur disposition toute une panoplie de développements allant de l’aide à la décision, à la maîtrise de la pollution atmosphérique, en passant par la priorité aux véhicules de secours, l’information des usagers, ou l’aide spécifique aux transports en commun. Enfin, en complément de son ingénierie de gestion de trafic, d’études de circulation, Gertrude assure aussi des services de formation, d’exploitation, de maintenance. En général, en matière de déplacements urbains, le système de gestion le plus performant est celui qui permet au plus grand nombre de personnes de se rendre d’un point à un autre d’une ville dans des conditions de sécurité, de confort et de temps, les meilleures possibles, à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit. De façon à toujours exploiter ces unités de circulation au mieux des besoins et des priorités de chaque instant, ce genre de systèmes y installe donc une solution globale, entièrement centralisé, spécialement conçu pour la ville qu’il doit gérer, qui analyse chaque seconde toutes les composantes des déplacements qui l’animent, et dans la même seconde agit directement sur les temps de chacun des feux de signalisation qu’il contrôle.
L’addition de l’ensemble des plus de ces systèmes (prise en compte de tous les facteurs, vision globale de la ville, richesse des informations, centralisation des données, réglage fin des carrefours, base de temps : une seconde, commande directe des feux) fait que non seulement le système empêche les blocages, en évitant que ne soient dépassés les seuils au-delà desquels les carrefours arrivent à saturation, mais parvient également à augmenter de façon très tangible le niveau de ces seuils. Serait-ce un lux pour une ville qui a un mal chronique de ce genre comme Casablanca ?

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *