Gestion des conflits sociaux

L’ambassade de GrandeBretagne et «European Center For Common Ground», une Organisation non gouvernementale internationale, organisent du vendredi au dimanche (18- 20 janvier) à Rabat un séminaire de formation de médiateurs pour faciliter le dialogue entre employeurs et employés. European Center For Common Ground, les syndicats et la CGEM ont initié un projet clé au Maroc avec le financement de l’ambassade de Grande-Bretagne, afin de créer une plate-forme de dialogue social, et un mécanisme efficace de promotion de la coopération et de la discussion auprès des entreprises et des centrales syndicales.
Dans ce cadre, le centre a invité deux experts de renommée pour la formation de vingt-cinq médiateurs marocains aux nouvelles techniques de dialogues, de médiation et de recherche de consensus. La formation a pour but de renforcer les techniques de la communication, les capacités d’analyse des différents problèmes sociaux et leur solution de manière participative ainsi que la maîtrise de la médiation. Les participants à cette manifestation ont été choisis au sein des syndicats, des ministères et du patronat. Ils pourront développer un savoir-faire consistant dans la médiation et la recherche du consensus, et multiplieront ses effets par l’organisation de séminaires et de stages de formation dans leurs divers domaines. L’objectif de ce programme au Maroc s’articule autour de trois axes. Il s’agit de diminuer les conséquences néfastes et coût-euses des conflits de travail sur l’économie nationale, introduire une nouvelle culture pour apprendre et faire face aux conflits et établir des bases solides et nécessaires pour une culture de dialogue authentique.
Il faut dire que dans le contexte actuel caractérisé par la mondialisation, la concurrence et le développement spectaculaire des nouvelles technologies de la communication et du traitement de l’information, les grèves coû-tent énormément cher en temps et en argent aux différentes parties prenantes, Etat, employés, investisseurs et consommateurs.
Et comme à l’accoutumée, à l’approche des élections, les revendications sociales des employés gagnent en intensité

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *