Gestion intégrée des zones côtières dans l’Oriental : Plus de 8.300 bénéficiaires et 300 emplois créés

Gestion intégrée des zones côtières dans l’Oriental : Plus de 8.300 bénéficiaires et 300 emplois créés

Bilan satisfaisant pour ce projet pilote   

Le projet pilote «Gestion intégrée des zones côtières» dans la région de l’Oriental a affiché   des résultats satisfaisants. C’est ce qui ressort d’un document du secrétariat d’Etat chargé du développement rural en date du mois de février 2018 portant sur la synthèse des résultats de ce projet pilote. Rappelons que ce projet est destiné à améliorer les conditions de vie des populations en augmentant leur revenu et en développant des activités éco-touristiques génératrices de revenus pour les populations locales. Les principaux domaines couverts par ce projet sont l’agriculture, la restauration des écosystèmes des zones humides, la gestion des pêches et de l’aquaculture et le développement de l’écotourisme.

Les résultats montrent que le nombre de bénéficiaires directs de ce projet s’est chiffré à 6.300 dont 439 sont des femmes (28%). Quant aux bénéficiaires indirects, leur nombre s’est élevé à plus de 2.000, ce qui porte le nombre total des bénéficiaires (directs et indirects) à plus de 8.300. Il faut aussi relever que ce projet pilote a permis la création de 309 emplois dans le court terme (42 emplois permanents et 267 emplois occasionnels). Il est prévu la création de 777 emplois à moyen et long termes (277 emplois permanents et 500 emplois occasionnels). Ainsi, ce projet permettra la création de près de 1.100 emplois au total. On notera également que les revenus des bénéficiaires se sont améliorés en moyenne de 5 à 25%.

Cette amélioration va s’amplifier davantage à moyen et long termes pour atteindre 20 à 500%. Ainsi, les plantations de 500 arbres fruitiers qui figurent parmi les composantes du projet auront un impact majeur sur les revenus des agriculteurs qui vont s’améliorer de 100 à 500% dans le moyen et le long termes. Par ailleurs, les investigations qui ont été menées ont montré que ces bénéficiaires sont majoritairement satisfaits des réalisations effectuées. S’agissant de l’évaluation de la performance du projet en matière d’adaptation aux changements climatiques, plusieurs activités réalisées vont contribuer à l’adaptation au changement climatique. Parmi celles-ci, on notera la réalisation de drainage au niveau du Sibe de la Moulouya, les travaux de restauration du cordon dunaire, l’installation d’un récif artificiel au large de Boudinar, les plantations de 500 ha d’arbres fruitiers et l’apiculture. Par ailleurs, l’intégration des mesures d’atténuation du changement climatique dans la planification territoriale a été matérialisée par la finalisation et l’adoption de six plans communaux de développement pour six communes. Signalons que ce projet est financé par un don de 5,18 millions de dollars  du Fonds mondial pour l’environnement dans le cadre du programme «Sustainable Med». Pour sa part, le gouvernement a contribué à ce projet à hauteur de 0,63 million de dollars. Ce projet est supervisé par la Banque mondiale qui a également assuré un appui technique à l’unité de gestion du projet.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *