Ghassoul : La tutelle sélectionnera bientôt les investisseurs intéressés

Ghassoul : La tutelle sélectionnera bientôt les investisseurs intéressés

Le ministère de l’équipement, du transport, de la logistique et de l’eau a lancé récemment un appel à manifestation d’intérêt en vue de sélectionner les investisseurs potentiels intéressés par la concession du droit de la recherche, l’extraction, le traitement, la valorisation et la commercialisation du «ghassoul» dans la vallée de Ksabi Moulouya, province de Boulemane.

Il s’avère ainsi que le Maroc dispose d’un fort potentiel de ce produit aux multiples usages. Ainsi, le ministère précise que ce produit se trouve sur un terrain sis à 50 km de Missour vers Midelt, appartenant au domaine privé de l’Etat. A ce stade, le ghassoul provient uniquement du Maroc oriental, des gisements situés en bordure du Moyen Atlas, dans la vallée de la moyenne Moulouya, à Missour, dans la région de Ksabi, à environ 200 km de la ville de Fès, précise le ministère de l’équipement, du transport, de la logistique et de l’eau. L’extraction et l’exploitation du ghassoul se font dans des galeries de mines souterraines. En effet, de grands blocs sont ensachés et livrés en vrac aux clients, alors que les parties fragmentées et plus fines sont destinées à la laverie. Par ailleurs, le contexte géologique des couches de ghassoul nécessite une méthode d’extraction artisanale ou manuelle, afin de conserver une haute sélectivité, explique la même source. Dans ce sens, l’extraction de ce produit reste une opération délicate. Et pour cause, sa contamination possible par les argiles stériles verdâtres et rougeâtres et autres types de matériau fin situés au contact ou près de ce produit.

Potentiel

Au niveau du potentiel de la zone concernée, le ministère de l’équipement, du transport, de la logistique et de l’eau a effectué des investigations géologiques pour déterminer les zones à ghassoul et les zones sans ghassoul. A cet effet, les missions sur les terrains et les sondages carottés (échantillons qui déterminent la nature et l’état des sols) profonds de 6 à 60 km ont permis de conclure que la présence du ghassoul est essentiellement liée aux marnes vertes associées aux gypses présentes à l’échelle des reliefs collinaires de 1.200 à 1.400 m d’altitude. Plus en détail, il s’avère que le ghassoul se présente à fort potentiel (sous-exploité) sous son état brut ou mixte à Jbel Boulemane, Jbel Ghachoua, Jbel Ghchioua, Jbel Rafsat Ben Haddou et Col Bèche. Il se présente, entre autres, à l’état brut au niveau de Jbel Boulemene et la moitié sud de Jbel Assla. Le ghassoul de cette parcelle a été intensément exploité, selon les études effectuées. Dans l’extrémité nord-est de Jbel Choumarhia, les recherches font ressortir également que seul le ghassoul brut associé aux marnes vertes a été reconnu.

Le ghassoul existe soit à son état brut ou associé, soit aux rognons de silex (petit bloc minéral), qui se sépare et s’extrait facilement à la main. Soit il s’alterne avec les bancs calcaires et dolomitiques, soit il est mélangé avec des argiles et des marnes stériles (roches sédimentaires). Sur le plan législatif, le décret n° 02-73-370 du 10 safar 1394 (5 mars 1974) indique que le ghassoul à usage cosmétique, pharmaceutique ou thérapeutique doit satisfaire aux tests minéralogiques et chimiques. Seulement, rares sont les échantillons qui peuvent répondre à ces exigences, souligne la tutelle. Sur le plan pratique, «au lieu de se satisfaire de la commercialisation du ghassoul ensaché, il est possible de créer un laboratoire sur chantier et des usines de valorisation, production de produits à base de ghassoul et commercialisation des produits finaux», précise le ministère. Notons que ce produit est recherché entre autres pour ses qualités d’adsorption des graisses, sa douceur, son pouvoir moussant, ou encore sa neutralité physico-chimique.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *