Grâce pour les détenus étrangers

Grâce pour les détenus étrangers

John Packwood, ingénieur de la marine âgé de 42 ans, a pu regagner son pays après plus d’une année d’absence. Il fait partie des 336 détenus étrangers concernés par les mesures de grâce royale prises à l’occasion de la célébration du cinquantenaire du retour d’exil de Feu Mohammed V et de l’Indépendance du Maroc.
John Packwood avait fait l’objet d’une grande mobilisation en Grande-Bretagne surtout de la part des médias. En octobre 2004, il a été extradé au Maroc pour avoir été impliqué dans une affaire de drogue qui remonte à 1997. Ce ressortissant britannique avait livré à Agadir un yacht qui allait servir par la suite à une grande opération de trafic de cocaïne. Sa relaxe a été saluée par sa famille et plusieurs médias britanniques.
L’heueux ex-prisonnier n’est pas le seul à bénéficier de cette grâce royale. 219 détenus étrangers ont bénéficié d’une relaxe alors que
117 autres ont eu droit à des remises de peines. A la tête des bénéficiaires, arrivent 114 Français,  65 Espagnols, 24 Hollandais, 17 Belges, 12 Allemands et 13 Portugais. Cette grâce a également concerné plusieurs détenus maghrébins dont 11 Algériens, 8 Tunisiens et 3 Mauritaniens.
Selon des sources judiciaires, la majorité de ces détenus étrangers étaient jugés et condamnés pour trafic de drogue. Ils avaient été interceptés, dans la plupart des cas, aux frontières nationales. Selon le ministère de la Justice, un total de 10.000 pensionnaires des divers établissements pénitentiaires du Maroc ont bénéficié de différentes mesures de grâce royale à l’occasion de la célébration de cette fête nationale. Les critères pris en considération pour arrêter la liste des bénéficiaires sont basés aussi bien sur la période passée derrière les barreaux que sur le comportement des pensionnaires et les conditions de leur incarcération.
Ainsi, à en croire le ministère de la Justice, 2031 pensionnaires ont profité de cette grâce pour avoir montré une aptitude à s’intégrer dans la société suite à des études ou des formations professionnelles réussies. Mais aussi pour des raisons humanitaires comme ce sera le cas pour 39 détenus atteints de maladies chroniques et 32 femmes enceintes, en allaitement ou accompagnées d’enfants. Sur les 10.000 bénéficiaires de cette grâce royale, figure un total de 298 femmes.
Il en sera de même pour 1168 détenus âgés de moins de 20 ans et 69 détenus âgés. Ces mesures de grâce revêtent une importance encore plus particulière pour un total de 75 pensionnaires. Il s’agit tout d’abord de 25 détenus dont la peine a été commuée de la peine capitale à l’emprisonnement à perpétuité et de 50 détenus dont la peine a été commuée de la peine d’emprisonnement à perpétuité à la peine d’emprisonnement à temps. Pour rappel, vendredi 11 novembre 2005, le département de la Justice annonçait avoir transmis une nouvelle circulaire aux différents parquets du Royaume. Déclinée en plusieurs points, cette circulaire incite les parquets à une meilleure rationalisation de la détention préventive et la recherche d’alternatives dont le contrôle judiciaire, les procédures de réconciliation et les garanties financières et personnelles.
Le but d’une telle circulaire est d’alléger la pression sur les centres pénitentiaires du Maroc. Ces derniers, selon des sources judiciaires accueillent, pour la majorité, près du double de leur capacité réelle.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *