Grippe : médicaments en rupture de stock

Grippe : médicaments en rupture de stock

Si vous souffrez d’un rhume, eh bien vous aurez certainement cherché en vain de la Rinomicine. Depuis plusieurs jours, cet antalgique contre la douleur et la fièvre a disparu de nos pharmacies parce que (logique oblige) les grossistes des médicaments n’en reçoivent plus pour pouvoir en fournir. Rinomicine est en rupture de stock, amplifiée en ce moment par la hausse de la demande en cette saison de grand froid. L’origine du problème se trouve au laboratoire Pharma 5 de Bouskoura (Casablanca), fabriquant du médicament. «Nous n’avons pas pu en produire depuis près de deux mois parce qu’on a un atelier hors service en raison d’un accident», déclare à ALM le directeur général de Pharma 5, Dr. Jilali Ouajdi. L’accident en question s’est produit le 5 septembre dernier lorsqu’une étuve servant à la stérilisation des équipements a explosé faisant deux morts. Depuis cette date-là, cet antalgique n’a pas pu donc être fabriqué. «Nous avons pu quand même couvrir le marché grâce au stock dont on disposait», explique Dr. Ouajdi qui tient à souligner que la rupture actuelle ne devra pas durer longtemps. Selon lui, le problème ayant entraîné l’arrêt de fabrication vient d’être résolu. «Rinomicine sera de nouveau dans les pharmacies dans les quatre ou cinq jours à venir au maximum», rassure-t-il.
C’est ce que confirme, également de son côté, le ministère de la Santé. D’après le responsable de la Direction du médicament et de la pharmacie,
Pr. Abdelaziz Agoumi, le ministère s’est informé à ce sujet et s’est assuré que la rupture de stock en matière de Rinomicine prendra fin cette semaine. Le ministère de la Santé est le premier à intervenir dans ces cas précisément, puisqu’il s’assigne justement pour mission d’éviter des problèmes de ce type. En principe, dès qu’il y a rupture de stock d’un médicament pendant une période de trois mois, le laboratoire n’a plus le droit d’en produire et le médicament en question est retiré. Mais, il y a exception lorsqu’il n’existe pas de copie (générique) du médicament, comme le précise Pr. Agoumi qui rappelle que c’est la logique des choses qui prime en fin de compte.
«Les ruptures sont dues, en général, à deux raisons: le manque de matière première ou les pannes des machines», indique le président du Conseil de l’Ordre des pharmaciens fabricants et répartiteurs, Dr Chérif Lamrani. Et d’ajouter que le Conseil ne peut pas intervenir en cas de rupture de médicament dans le marché quelle que soit son origine : «notre mission est de veiller uniquement au respect de l’éthique et de la déontologie dans l’exercice de la pharmacie.»
Le patient souffrant d’un rhume peut alors changer de produit dont les effets thérapeutiques sont presque similaires (des décongestionnants pour le nez, des antitussifs et des antihistaminiques). Les pharmacies disposent d’une trentaine de variétés qui pourraient soulager cette maladie des voies respiratoires. Mais c’est au pharmacien de prendre cette décision, puisqu’il est le plus habilité à le faire. Les habitués de la Rinomicine devront encore attendre.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *