Hakkaoui : «il faut pousser la réflexion plus loin»

Hakkaoui : «il faut pousser la réflexion plus loin»

ALM : Que pensez-vous du nouveau programme de formation des imams et morchidates organisé par le ministère des Habous et des Affaires islamiques ?
Bassima Hakkaoui : Il faut noter tout d’abord que le ministère des Habous et des Affaires islamiques cherche à travers cette initiative à réglementer le champ religieux et à assurer l’encadrement des citoyens selon les orientations qu’il a tracées. La formation des imams et morchidates est certes une bonne initiative car elle permet non seulement de lutter contre le chômage mais également à encadrer les citoyens. Mais la question qui se pose est ce que le nombre des personnes engagées est suffisant pour répondre aux besoins de tous les citoyens du pays ? J’en doute fort.
En outre, cette initiative a engendré quelques inquiétudes au sujet du niveau des prédicateurs et morchidates. Le programme de formation est destiné aux diplômés ayant une licence délivrée par une des universités marocaines ou un diplôme équivalent. Il n’a pas ciblé uniquement les diplômés de Dar El Hadith ou des diplômés en études islamiques. Les bénéficiaires peuvent être des diplômés en économie ou en biologie. C’est à dire n’importe qui peut s’ériger en imam ou prédicatrice. Pour avoir des résultats positifs et efficients, il faut que la personne ait une connaissance approfondie dans les études islamiques et une riche expérience dans le domaine. De plus, une année de formation est insuffisante pour les candidats n’ayant aucune connaissance dans le domaine. Je pense que ce projet a encore besoin de mûrir pour ne pas tomber dans l’anarchie.

Le PJD a une longue expérience dans le domaine de l’encadrement et de l’orientation des jeunes en ce qui concerne la pratique cultuelle. Que pouvez-vous nous en dire ?
Pas du tout. Le PJD est un parti politique et il n’a jamais entrepris d’activités dans le domaine religieux. Toutes ses actions sont liées au champ politique. Pas plus tard que le mois dernier, nous avons organisé une conférence sur la liberté et la démocratie. Ce sont les mouvements islamisques et le Conseil des Oulémas qui mènent ce genre d’activités.

Est-ce que le ministère des Habous et des Affaires islamiques a fait appel au PJD pour la formation des candidats ?
Le PJD ne participe pas à ce programme. Nous avons appris la mise en place de cette formation comme n’importe quel citoyen.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *