Haro sur la mafia de l’immobilier

Le secrétaire d’Etat chargé de l’Habitat, Mohamed M’barki,, qui s’exprimait dimanche lors de l’émission « Entretien » de la chaîne de télévision « 2M », s’est dit « très optimiste « quant à la réussite du plan de lutte contre l’habitat insalubre.
«Nous avons des orientations extrêmement claires dans le discours royal du 20 août dernier, qui ont été traduites par la prise en compte dans la loi de finances d’une grande partie des sources de financement », a-t-il ajouté.
Ce plan, étalé sur dix ans, doit satisfaire les besoins de 750.000 logements répertoriés, a-t-il précisé, soulignant que « les fonds existent et les autres structures pour lutter contre ce fléau sont déjà mises en place ».
« Nous sommes également en train de finaliser une loi qui va permettre d’agir dans le cadre de l’Etat de droit », a-t-il poursuivi.
M. M’barki a estimé que le secteur de l’habitat « a toujours pris une importance politique qui va au-delà de son poids réel en terme d’engagement des pouvoirs publics ».
M. M’barki a fait observer qu’il y a de « véritables réseaux » qui sont à l’origine de la prolifération de l’habitat non réglementaire. A cet effet, il a estimé que la corruption et les malversations ont certes favorisé la prolifération des bidonvilles et des constructions anarchiques dans les différentes régions du Maroc. Un phénomène exacerbé, à l’image de ce qui se passe dans la plupart des pays du Sud, par une croissance démographique rapide et un exode rural important à cause notamment de la succession de plusieurs années de sécheresse. « Il est certain qu’il y a un problème sérieux de gouvernance locale qu’il va falloir résoudre et j’espère que toutes les discussions en cours sur la décentralisation, la déconcentration et le transfert des pouvoirs va responsabiliser les pouvoirs locaux et améliorer les performances des gouvernants », a-t-il ajouté.
Le secrétaire d’Etat chargé de l’Habitat a affirmé que l’Etat va poursuivre sa politique de lotissement avec en perspective « l’ouverture à l’urbanisation de cinq grandes zones dans différentes régions du royaume ».
Ces zones, a-t-il souligné, vont permettre aux investisseurs privés et publics de lancer des projets d’habitat à des prix abordables.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *