Homosexuels et prostituées : Lancement d’une étude de faisabilité pour un nouveau traitement préventif contre le VIH

Homosexuels et prostituées : Lancement d’une étude de faisabilité  pour un nouveau traitement préventif contre le VIH

Depuis 2012, la mise en place de la prophylaxie pré-exposition (PrEP) au VIH pour les populations clés, essentiellement les homosexuels et les prostituées ne cesse de s’étendre.

Il s’agit là d’un moyen par lequel une personne séronégative qui court le risque de contracter le VIH peut réduire son risque d’infection en prenant des médicaments antirétroviraux. La PrEP constitue ainsi un outil de prévention supplémentaire contre le VIH, envisageable en substitution ou en complément du préservatif.  Au Maroc, l’Association de lutte contre le sida (ALCS), en collaboration avec   le ministère de la santé et l’Onusida, a mis en place depuis le mois d’avril 2017 un projet pilote visant à tester la faisabilité de la PrEP au bénéfice des homosexuels et des prostituées.

  Mis en œuvre par trois sections de l’ALCS dans les villes d’Agadir, Casablanca et Marrakech, auprès de 400 personnes, le projet consiste en l’administration de la PrEP pendant 9 mois. Le lancement de ce projet vient répondre à un faible usage des préservatifs objectivé chez ces personnes qui sont pourtant les plus exposées au VIH. Le ministère de la santé a lancé un appel d’offres pour la réalisation d’une étude qui permettra d’évaluer la faisabilité au Maroc de cette approche parmi les homosexuels et les prostituées. Cette étude répondra à deux objectifs précis. Le premier est d’étudier l’acceptabilité de la prophylaxie pré-exposition par ces personnes. Le second objectif est destiné à examiner l’impact de la prise du traitement sur les comportements à risque des participants.  Notons que l’utilisation de la PrEP à des fins préventives a été approuvée dans près d’une quinzaine de pays, et les projets pilotes en vue de l’institutionnaliser se multiplient à travers le monde. Cela fait écho à la recommandation de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), lancée en 2015, de prescrire la PrEP à toute personne s’exposant de façon accrue aux risques d’infection par le VIH.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *