Hôtellerie : les vendeurs de rêve

Hôtellerie : les vendeurs de rêve

Homme de terrain, le commercial représente le maillon entre l’entreprise et ses clients. Ses rencontres régulières avec ces derniers, lui permettent de prospecter leurs besoins en termes de services et de produits et d’y répondre avec efficacité.
«Un agent commercial dans le secteur hôtelier est un intervenant qui agit auprès d’une clientèle pour le compte d’un hôtel. Son rôle est très important dans la mesure où sa mission consiste à faire connaître son hôtel et ainsi à démarcher au quotidien à l’extérieur le Corporate (différentes sociétés, associations,…..) qui est une clientèle affaires ainsi que les agences de voyages pour la clientèle loisirs. En somme, sa mission est de prospecter de nouveaux marchés et de développer un portefeuille de clients. Après quoi, il doit établir des rapports de visite en fin de journée», explique Fayçal Sbiti, vice-président "Business Development" de Ramada Morocco Hôtels.
Ce métier, qui passionne ceux qui ont la bougeotte et qui n’aiment pas rester scotchés au bureau à longueur de journée, nécessite une formation de base dans les écoles de commerce et de management ou dans les établissements de formation professionnelle hôtelière gérés par le ministère du Tourisme et l’OFPPT (Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail). Des instituts privés dispensent également des formations spécialisées sanctionnées par des diplômes reconnus par l’Etat.
Toutefois, il faut garder à l’esprit que pour réussir ce métier, la formation ne suffit pas à elle seule. Certaines qualités sont indispensables pour accomplir sa mission avec efficacité. «En plus de la formation, un représentant commercial dans le secteur hôtelier doit avoir certaines qualités afin d’exercer d’une manière efficiente sa mission. Entre autres, il doit avoir une bonne présentation. La tenue vestimentaire est importante dans ce métier. Elle doit être soignée et adaptée à la profession. Une bonne élocution et un sens de l’organisation développé font également partie des critères requis. Un très bon relationnel est, bien sûr, indispensable», indique M. Sbiti. Et d’ajouter : «Par ailleurs, il doit être attentif à ce qui se passe autour de lui et au niveau de la concurrence et il doit savoir fidéliser sa clientèle».
Le sens du contact, la bonne présentation et la qualité de persuasion est donc la trilogie gagnante de cette profession.
Côté rémunération, un agent commercial dans le secteur hôtelier reçoit un salaire fixe et des commissions.
Tout dépend généralement de l’agent commercial et de son portefeuille clients. Au fur à mesure qu’il acquiert de l’expérience, le commercial voit son salaire augmenter.
L’agent commercial spécialisé, professionnel et avenant est donc un profil très recherché. Vu la concurrence grandissante et les nombreux projets touristiques lancés pour accompagner la Vision 2010, plusieurs opportunités sont à portée de sa main.

Les chantiers de la Vision 2010
Pour faire du tourisme, une activité à fort potentiel pour le Royaume, une stratégie de développement susceptible de déclencher une dynamique durable a été mise en place.
Cette Vision 2010 s’articule autour de six chantiers fondamentaux qui sont de véritables leviers opérationnels, permettant de concrétiser les objectifs de cette stratégie.
 Ces chantiers se rapportent au produit, à la formation, à l’aérien, au marketing et à la communication, à l’environnement touristique et à l’organisation institutionnelle.
Ce plan s’articule autour des objectifs suivants à l’horizon 2010 :
–  En matière d’arrivées touristiques, il est prévu d’atteindre 10 millions de touristes, dont 7 millions de touristes internationaux
– En matière de capacité hôtelière, 160.000 lits seront créés (dont 130.000 lits balnéaires et 30.000 lits dans les destinations culturelles du pays) portant la capacité nationale à 230.000 lits – En ce qui concerne les investissements, le volume devrait atteindre 8 à 9 milliards €, (aménagement des nouvelles stations balnéaires, infrastructures, hôtellerie et animation)
–  Pour ce qui est des recettes, le montant prévu est de 48 milliards € de recettes en devises
–  Au chapitre emploi, 600.000 postes de travail nouveaux seront créés
– Quant à la contribution du tourisme au PIB, elle devrait progresser en moyenne annuelle de 8.5%, ce qui la porterait à près de 20% à l’horizon 2010.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *