Hu Jintao au Maroc

Hu Jintao, le président de la République populaire de Chine, est arrivé, lundi 24 avril 2006, au Maroc pour une visite officielle à l’invitation de Sa Majesté le Roi Mohammed VI. Le président chinois est arrivé au Maroc à la tête d’une forte délégation composé de plusieurs ministres et hauts responsables chinois. Lors de cette visite, la délégation chinoise devrait avoir une série d’entretiens avec les responsables marocains concernant la coopération bilatérale entre les deux pays.
Le volet économique sera présent en force lors de cette visite et notamment en ce qui concerne le secteur textile marocain qui a souffert de la rude concurrence chinoise. D’ailleurs, il serait question d’une convention dans ce sens qui sera signée lors de cette visite.
Plus globalement, il sera aussi question de l’élargissement des échanges commerciaux entre les deux pays surtout que la balance penche du côté de Pékin. Selon les statistiques du ministère du Commerce chinois, les échanges entre les deux pays ont atteint 1,5 milliard de dollars en 2005, enregistrant une augmentation de 28 % par rapport au volume des échanges de 2004. Toutefois, ces échanges sont, pour une grande partie, monopolisés par les importations de Chine vers le Maroc, le Royaume n’ayant exporté, lors de la même période, que 277 millions de dollars. La Chine et le Maroc devraient profiter de cette visite de Hu Jintao pour redresser ce déséquilibre. L’un des schémas les plus avancés passerait par une série d’accords comme ceux signés auparavant avec l’Inde en matière de transformation des phosphates.  Le Royaume s’attendrait à mieux de la part de ce partenaire asiatique qui envisagerait de faire du Maroc une plate-forme pour attaquer les marchés africains et européens.
Mais, au-delà des aspects économiques, la politique aura sa part des entretiens entre responsables chinois et marocains. Le Maroc est l’un des premiers pays à avoir reconnu la République populaire de Chine, et pris position en faveur de ce pays concernant le dossier de Taiwan, la Chine, pour sa part, n’a jamais reconnu la RASD. Membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, ce pays aura son mot à dire lors de la présentation par le Maroc de son plan d’autonomie pour ses régions sahariennes.
Les deux pays partagent également nombre de positions communes concernant moult aspects de la politique internationale.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *