Humaniser l’univers carcéral

Créée, il y a une année, l’Association des amis des centres de réforme et de réhabilitation des jeunes délinquants, oeuvre en vue d’humaniser l’univers carcéral. Dimanche dernier, c’était l’heure du bilan, à l’occasion de la tenue de son assemblée générale.
Lors de cette rencontre, les participants ont discuté des réalisations de cette jeune association et ses différentes activités sur le terrain afin de réaliser ses objectifs. Dans ce sens, Mme Tijania Fertat, responsable au bureau de l’association, a souligné que l’ouverture du centre sur la société civile est incontournable car la prison, à elle seule, ne peut en aucun cas corriger le préjudice causé par la société. Et d’ajouter qu’il s’agit d’un grand défi que l’association entend relever grâce à la conjugaison des efforts et à la bonne volonté de ses membres.
De son côté, Mme Assia El Ouadie, responsable des centres de réforme à l’administration des prisons et membre du Conseil d’administration de la Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des détenus et des pensionnaires des centres de sauvegarde de l’enfance a mis en exergue le soutien moral et matériel de S.M. le Roi Mohammed VI à l’action d’humanisation des prisons. Et de souligner que la visite effectuée par le Souverain au centre de réforme de Casablanca a constitué un réconfort moral pour les jeunes détenus de même qu’elle a conforté l’Association des amis des centres de réforme et ses partenaires dans l’action qu’ils mènent pour atténuer les affres de l’incarcération.
Abordant le programme retenu pour l’étape ultérieure, elle a indiqué qu’il sera axé sur la réalisation du plan auquel l’association a participé lors de la session de formation organisée, le mois dernier, avec le concours de l’organisation internationale de la réforme pénale. Mme El Ouadi a également mis l’accent sur la réflexion autour des moyens à mettre en oeuvre pour la valorisation de l’élément humain, la contribution au fonds d’aide aux détenus indigents, la mise en place de centres d’accueil et de suivi des pensionnaires après leur libération en vue de faciliter leur réinsertion économique et sociale, l’instauration d’un partenariat avec l’administration, l’instauration d’un partenariat avec la Fondation Mohammed VI et la création de sections à Salé et Settat.
Par ailleurs, la militante associative a tenu à rappeler dans ce cadre que la finalité reste de baliser le terrain pour la réinsertion en assurant au détenu, pendant son incarcération, un encadrement qui puisse préserver sa dignité en tant qu’être humain car, l’opération de la réintégration commence déjà à l’intérieur du centre de détention.
Il est à souligner que le moment ayant marqué la séance d’ouverture était l’intervention du jeune Yacoub Mustapha, qui s’est voulu être le porte-parole de cette catégorie de jeunes, exhortant les différentes composantes de la société à ne pas les marginaliser mais à les soutenir, les aider et les accueillir en son sein.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *