Il tue son amant homosexuel

Il tue son amant homosexuel

Dimanche 12 juin. Un grand match est prévu pour ce jour-là, mettant aux prises l’équipe Olympique de Safi et le Raja de Casablanca. Othman, dix-neuf ans, n’a pas l’intention de le rater. Quand il s’est réveillé, il n’a même pas pris son petit-déjeuner. Il s’est précipité vers sa mère pour lui demander trente dirhams, prix du billet d’entrée au terrain. En lui donnant l’argent, sa mère l’a supplié de prendre soin de lui et de ne pas se battre avec les supporters de l’autre équipe. Après avoir baisé la main de sa mère, Othman retourne à la cuisine pour prendre un couteau et le cache sous ses vêtements.
Après quoi, il file en courant à destination du stade où aura lieu la rencontre sportive.
Arrivé sur place, il a remarqué que les supporters affluaient en grand nombre. Un énorme dispositif sécuritaire a été également déployé sur place. Pour échapper à une éventuelle confrontation entre les supporters des deux équipes, il a décidé de rebrousser chemin. Il s’arrêta au boulevard de Rabat pour faire une partie de billard dans une salle de jeux.
Vers 11h du matin, il appelle son ami Tibari.
« Allo! Tibari ça va ? Tu es à la maison ? Je vais venir chez toi pour passer quelque moment en ta compagnie. », lui dit-il.
Tibari est un homosexuel, connu sous le surnom de Sonia. La majorité des Safiotes le connaissent parce qu’il porte des vêtements de femmes et se prostitue sans vergogne. Othman a fait sa connaissance depuis dix mois. Au départ, ils faisaient l’amour dans un sous-terrain jouxtant un monument historique, dans la région de R’ha Arreh. Depuis qu’il a fait la connaissance de Sonia, il passe la plupart de son temps chez Sonia.
« Soyez le bienvenu, cher », lui a répondu Sonia-Tibari.
Impatiemment, il l’a rejoint. En rentrant, il a remarqué qu’il est en compagnie d’un autre jeune homme. Il n’a pas voulu rester en sa présence. Il a promis à Sonia de revenir vers 15h et est parti pour rejoindre une fois encore ses amis à la salle de jeux du boulevard de Rabat.
A 15h, Othman s’est dépêché vers le domicile de Sonia-Tibari. Ce dernier l’a embrassé sur la bouche et l’a conduit directement vers la chambre à coucher. Othman lui a glissé les vingt dirhams qui lui sont restés. Seulement, une fois sur le lit, Othman était incapable de faire l’amour avec Sonia. C’est la première fois qu’il est confronté à une telle situation. Incapable ! Il s’est énervé. Il s’est levé et est rentré aux toilettes. Sonia s’est approché de lui et a commencé à l’embrasser. Mais Othman n’a plus voulu continuer. Il s’est éloigné de lui.
À ce moment, Tibari-Sonia l’a sollicité de rester. Othman s’est agité et l’a poussé violemment. Tibari a insisté. Othman remet son pantalon et lui demande de lui remettre les vingt dirhams. Tibari a refusé et a avancé vers Othmane pour l’empêcher de se rhabiller. Perdant tout contrôle de ses nerfs, Othman a pris le couteau qui était dissimulé sous ses vêtements et s’est dirigé vers Sonia. Il lui a asséné quelques coups. Sonia s’est enfui vers le salon de l’appartement.
Othman l’a suivi et lui a donné d’autres coups. Soudain, un jeune homme surgit de la cuisine, armé d’un bâton. C’est Hassan, trente-neuf ans. Il était en compagnie de Sonia qui lui a demandé de se cacher à la cuisine quand Othman a frappé à la porte. Il lui a donné des coups de bâton sur le dos. Mais en vain.
Othman n’a pas cessé à larder le corps de Sonia de coups de couteau. Tout à coup, Hassan a pris la fuite. Sonia s’est dirigé vers la porte, l’a poussé pour demander secours. Et Othman a pris la poudre d’escampette. Tibari-Sonia est tombé au seuil de l’appartement.
Alertée par les voisins, la police s’est dépêchée vers l’appartement.
Il a été évacué vers les Urgences de l’hôpital Mohammed V où il a rendu l’âme. Les investigations ont été lancées. Entre temps, Hassan s’est présenté au commissariat de police.
«J’étais caché à la cuisine chez Sonia lors de sa dispute avec Othman», a-t-il affirmé aux enquêteurs. Hassan a précisé aux limiers que l’auteur du crime travaille chez un réparateur des réfrigérateurs dans la région de Lalla Hnia Hamriya. En s’y rendant, les enquêteurs retrouvant le réparateur des réfrigérateurs. Il leur a affirmé que Othman a disparu depuis quelques jours. Après plusieurs jours d’investigations, Othman a été appréhendé dans la ferme de son père sise à Agadir où il s’est réfugié. Il a avoué avoir tué son amant et a fait part de son regret pour avoir commis ce crime.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *