Ils fourguaient la drogue aux collégiens

Suite à une étude d’investigation menée par la police judiciaire de la ville de Salé dans le cadre de la lutte contre la consommation de la drogue dans les établissements scolaires de la ville, il s’est avéré que les élèves s’adonnent de plus en plus au Haschich et aux psychotropes. Pour accomplir ce grand travail qui s’est soldé par l’arrestation de deux repris de justice qui livraient leur came aux collèges et aux lycées, il a fallu que de jeunes policiers s’infiltrent parmi les élèves pendant plusieurs jours. Anouar M né en 1970 à Salé est un délinquant qui a franchi les portes de la prison à maintes reprises . Il a été renvoyé de l’école à sa dernière année primaire pour cause de manque de moyens pour l’achat de fournitures scolaires. Fils unique d’une famille composée de trois soeurs, il a connu sa première condamnation pour vol à l’arraché à l’âge de 15 ans. Et depuis, il n’a pas arrêté d’accumuler les condamnations pour différents délits et plus particulièrement pour trafic de drogue. Sa dernière condamnation remonte à quatre ans, il avait été écroué en 1999 pour une affaire d’attentat à la pudeur sur un mineur âgé d’à peine douze ans. La justice l’avait condamné à trois ans de prison ferme. À l’intérieur de la prison, il avait rencontré un autre taulard qui l’enseignait sur le trafic de drogue devant les établissements scolaires. Il paraît que la police n’est pas encore au courante dudit trafic ! A un an de sa libération, une vieille connaissance lors de ses mauvais jours passés en prison, le rejoint derrière les barreaux pour une peine de dix mois ferme. Ce dernier a été condamné pour vente illégale de boissons alcoolisées et consommation de drogue. Le surpeuplement des prisons a fait que les pénitenciers ne sont plus un lieu de correction, De nos jours la prison est une école de délinquance. Les primaires sont mélangés avec les récidivistes et les accusés d’affaires correctionnelles partagent la même cellule avec ceux d’assises. Un fait qui rend la prison comme étant un lieu de rencontre pour les délinquants de tout bord. On y rentre pour un vol simple et on la quitte en sachant comment se procurer de la drogue par exemple. Ils rentrent en prison pour se corriger et ils terminent leurs peines après une expérience marginale. Bref, Anouar M se fait rejoindre par son ami Zouhair qui devait purger une condamnation de dix mois de réclusion. Zouhair est un petit délinquant condamné une seule fois pour échange de coups avec un voisin. Anouar l’appelle et lui procure une place à côté. Au cours de leurs nuits carcérales, les deux détenus parlent de leur passé, de leur aventure et en même temps de leurs projets futurs. D’après leur calcul, ils risquent d’être libérés dans la même période. Une coïncidence qui les a rendus encore plus solidaires. Quelques semaines avant leur libération, Anouar proposa à son ami le commerce de la drogue devant les établissements scolaires.Une affaire facile qui rapporte gros lui dit-il ! Effectivement, les deux délinquants se rencontrent en liberté et mettent en pratique leur projet. Pour liquider la came, ils se pointent tranquillement devant un collège ou un lycée et commencent à fumer des joints pour attirer l’attention des élèves à se joindre à eux. Un plan qui n’a pas tardé à donner ses fruits. Que ce soit les filles ou les garçons, les deux sexes s’adonnent au Haschich et surtout à la consommation des psychotropes. Et à propos de cette dernière substance, les médecins affirment qu’elle provoque des troubles mentaux qui rendent les consommateurs très agressifs. Et justement, l’un des élèves s’est acharné, au cours de la semaine écoulée, sur son professeur en lui causant des blessures d’extrême gravité. Durant son interrogatoire, il a avoué avoir acheté des psychotropes à la sortie du lycée. En tout cas, il a été présenté devant le Tribunal de Première instance accusé de coups et blessures. Les deux dealers ont, de leur côté, été traduits devant la Cour d’appel pour trafic de drogue et pour influence à la dérive sociale.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *