Imagerie médicale: Le ras-le-bol des radiologues

Imagerie médicale: Le ras-le-bol des radiologues

«La FNRIM s’indigne et dénonce vigoureusement des pratiques tendancielles d’exercice de la radiologie et l’imagerie médicale par d’autres corps médicaux autres que les spécialités du domaine».

La Fédération nationale de radiologie et d’imagerie médicale (FNRIM) est en colère. Celle-ci dénonce dans un communiqué publié le lundi 22 mai la pratique de la radiologie par des médecins qui ne sont pas radiologues. «La FNRIM s’indigne et dénonce vigoureusement des pratiques tendancielles d’exercice de la radiologie et l’imagerie médicale par d’autres corps médicaux autres que les spécialités du domaine», lit-on dans le communiqué. Il s’agit notamment de traumatologues, pneumologues, rhumatologues, ORL et dentistes. Devant cette situation illégale, celle-ci appelle à une restructuration urgente du secteur.

A ce sujet, la Fédération fait remarquer que les radiologues ne peuvent exercer qu’après autorisation du CNRP (Centre nationale de radioprotection) et de l’AMSSNuR (Agence marocaine de sécurité et de sureté nucléaire et radiologique). «Ces spécialistes n’ont jamais obtenu ces autorisations mais font entrer le matériel au Maroc par des circuits parallèles, parfois de manière non conforme aux lois sur le rayonnement», déplore-t-elle. A cela s’ajoute la tendance des cliniques qui ne respectent pas les conventions signées avec le radiologue qui est derrière l’installation de la radiologie dans la clinique.

La Fédération estime que cette situation est totalement illégale du fait qu’elle va à l’encontre des dispositions de la nouvelle loi n°131/13 du 19 février 2015 relative à l’exercice de la médecine, notamment au niveau de l’article 26 qui prohibe aux médecins l’exercice de deux spécialités à la fois. Pour sa part, l’article 101 de la loi n°142/12 du 22 août 2014, relative à la sûreté et à la sécurité nucléaires et radiologiques, limite également la pratique de la radiologie aux radiologues.

Pour rappel, la Fédération nationale de radiologie et d’imagerie médicale a tenu, mercredi 17 mai 2017, une assemblée générale extraordinaire autour de cette situation illégale qui, selon elle, menace l’intégrité, la dignité, la qualité et le développement de l’exercice de cette spécialité médicale au Maroc, ainsi que la santé publique nationale.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *