Immigration : Selon El Mundo, 68,6% des Espagnols jugent qu’il y a trop d’immigrés

Une forte majorité d’Espagnols (68,6%) pense qu’il y a trop d’immigrés en Espagne, où la population étrangère a explosé ces dernières années, selon un sondage publié par le journal El Mundo dimanche.
L’enquête a été réalisée entre le 15 et le 21 juillet auprès de 1.000 personnes. Elle est publiée par le journal de droite dans le cadre d’une série d’enquêtes pour le 30e anniversaire de la Constitution espagnole. La population étrangère en Espagne a explosé, au rythme de la croissance de l’économie, qui sort d’une décennie de forte expansion. Mais depuis le début de l’année 2008, le pays fait face à un sévère ralentissement, et le chômage, notamment celui des immigrés, augmente. Au 1er janvier 2008, l’Espagne comptait 5,22 millions d’étrangers, sur une population de 46,06 millions de personnes, soir 11,3% du total. Ils n’étaient que 500.000 en 1996. Les Roumains, les Marocains et les Equatoriens sont les plus nombreux. L’opinion selon laquelle il y a trop d’immigrés est majoritaire aussi bien chez les socialistes que chez les électeurs de droite.
51,8% de ceux qui ont voté pour le Parti socialiste au pouvoir lors des dernières élections pensent que les immigrés sont trop nombreux, et 79,2% des votants du Parti populaire, l’opposition de droite. Les femmes sont plus nombreuses à juger qu’il y a trop d’étrangers (77,4% des sondées) que les hommes (62,6%).
L’immigration est devenue un des principaux sujets de préoccupation des Espagnols. Selon l’enquête mensuelle de juillet du centre d’enquête sociologique (CIS), l’immigration était le 3e problème le plus important de l’Espagne, derrière l’économie et le chômage (sondage auprès de 2.468 personnes entre le 7 et le 13 juillet).


Larbi Messari : «El Mundo n’est pas un journal crédible»


Dans une déclaration au quotidien arabophone Attajdid rapportée dans l’édition du 15 août, Mohamed Larbi Messari, ancien ministre de la Communication, et spécialiste des affaires espagnoles, a indiqué que les chiffres avancés par le quotodien espagnol El Mundo ne sont pas crédibles étant donné ce journal, lui-même, ne l’est pas. M. Messari a rappelé que le quotidien espagnol ne fait pas preuve d’objectivité quand il s’agit d’informations concernant le Maroc. « Jusqu’à aujourd’hui, et depuis 2004, la rédaction de ce journal continue à propager la théorie selon laquelle le les autorités marocaines seraient derrière les attentats islamistes qui ont frappé Madrid », rappelle M. Messari avant d’ajouter : « c’est un journal qui ne mérite pas d’être lu ».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *