«In The Game» : Le documentaire américain vu par les jeunes de Sidi Moumen

«In The Game» : Le documentaire américain vu par les jeunes de Sidi Moumen

Un regard bienveillant sur la vie réelle de jeunes des quartiers pauvres de Chicago

Entre la prolifération de drogue et la loi des gangs, ces filles ont trouvé à travers le sport la promesse de jours meilleurs et un moyen pour oublier tous les tracas.

C’est au cœur du quartier de Sidi Moumen, au centre culturel «Les étoiles» qu’a eu lieu dimanche la projection du documentaire «In the Game». En effet, Dar America organise du 9 au 13 avril une tournée avec Mary Morissette des productions Quartequin Films afin de présenter son documentaire. La productrice se rendra ainsi dans plusieurs villes, à savoir Safi, Marrakech, Beni Mellal et Salé dans l’objectif de rencontrer les écoliers et les lycéens afin d’enclencher le débat sur l’épanouissement des jeunes à travers le sport.

Le jeune public de Sidi Moumen a donc pu découvrir ce documentaire qui raconte le combat quotidien d’un groupe de filles issues des quartiers difficiles de Chicago. Entre la prolifération de drogue et la loi des gangs, ces filles ont trouvé à travers le sport la promesse de jours meilleurs et un moyen pour oublier tous les tracas. Elles ont choisi le football, un sport qui d’habitude attire les garçons, une façon pour elles de s’exorciser et de surmonter la tristesse du quotidien. Malgré leur jeune âge ces filles sont décidées à survivre. Leur détermination sans faille et les liens tissés entre elles renvoient un message fort au spectateur.

Dans leur dure réalité, elles l’interpellent à réfléchir sur toutes les valeurs que véhicule le sport et combien il est important d’inculquer aux jeunes générations les principes de détermination et de solidarité. Sur cette question, Mary Morissette a souligné que le sport transmet les meilleures leçons de vie aux jeunes. Il leur permet d’apprendre à réaliser leurs rêves tout en gardant en vue leurs objectifs. Ainsi, les jeunes peuvent à travers une activité sportive apprendre «comment persister, comment travailler en équipe, comment se faire respecter à travers l’effort et comment acquérir les compétences de leadership», indique Mary Morissette. Dans ce documentaire les jeunes filles ont saisi que «le succès est une histoire qui se construit avec la solidarité de tous et l’empathie des uns envers les autres.

Il n’y a pas de mal à demander de l’aide pour réussir sa vie», souligne la productrice. Pour celle-ci, «le lien avec le Maroc paraît indéniable, il y a un intérêt particulier pour le sport ici. La force qu’il procure aux jeunes au Maroc et l’impact qu’il a sur la vie des adolescents est très fort». Sur l’accompagnement, la productrice a mis l’accent sur le rôle du mentor dans le documentaire «L’entraîneur est le mentor de ces filles. Dans une autre situation il peut être un éducateur, un oncle ou une tante. Tout ça pour dire que le rôle d’un mentor est essentiel pour aider ces jeunes à passer à la vie d’adultes». Dans ce sens, les jeunes de Sidi Moumen ont partagé avec la productrice des réflexions sur l’égalité des chances, l’égalité des droits à travers le sport féminin. Au cours du débat plusieurs questions ont également été évoquées, notamment la transmission des valeurs simples qui peuvent avoir des effets positifs sur le quotidien de cette jeunesse telles que l’assiduité, le respect et la ponctualité. La productrice a toutefois recommandé au jeune public d’apprendre tout en prenant plaisir à exercer un sport quel qu’il soit. «Il se trouve que dans le documentaire c’est le football. A travers un sport on peut développer nos compétences. De même il est important de comprendre que celui qui tombe et se relève est bien plus fort que celui qui ne tombe jamais». Sur la question de la diffusion de ce documentaire au Maroc, Mary Morissette a expliqué que «les jeunes issus des quartiers difficiles regardent ces jeunes filles et s’identifient à leur histoire. En général, les films diffusés ne montrent pas la vie ordinaire des jeunes venant des quartiers pauvres dont les parents ont des revenus très modestes, voire quasi inexistants». En s’adressant au public de Sidi Moumen, la productrice conseille aux jeunes présents de s’accrocher à leurs rêves, saisir les chances qui s’offrent à eux et de créer les opportunités aussi bien dans l’école ou plus généralement dans la vie.

1 Comment

  1. Muslim

    C’est pas les américains qui ont banni les musulmans avec leur « Muslim ban », il faut pas faire confiance à ce genre de personnes, car on est loin d’être des esclaves des américains, et parmi les puissances mondiales il y a aussi les chinois et les russes, si les chinois et les russes s’unissent avec leur alliés, les américains tombent
    Il n’y a qu’à voir les crimes commis par les américains au Moyen-Orient pour doubler d’attention vis à vis de ce pays

    Reply

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *