Incendies de forêts : 2.056 hectares ravagés du 1er janvier au 30 septembre

Incendies de forêts : 2.056 hectares ravagés  du 1er janvier au 30 septembre

L’Oriental figure en tête des régions les plus touchées

Du 1er janvier au 30 septembre 2017, 325 incendies de forêts ont été déclarés au niveau national touchant une superficie de 2.056 hectares. C’est ce qui ressort du dernier bilan dressé par le Haut-Commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification. La superficie ravagée par les feux se répartit en 544 ha de formations arborées, 702 ha d’essences secondaires et 810 ha de tapis herbacé et d’Alfa. Ainsi, 73% de cette superficie est constituée essentiellement d’essences secondaires et de formations herbacées, ce qui montre, selon le Haut-Commissariat, que «les opérations de surveillance, d’alerte précoce et d’interventions terrestres et aériennes fonctionnent de façon adéquate».

La superficie moyenne parcourue par incendie depuis janvier à fin septembre est de 6,3 ha. Par comparaison aux pays du pourtour méditerranéen, le Maroc affiche le taux le plus faible de surface incendiée. Selon les données disponibles d’EFFIS (Système européen d’informations sur les feux de forêts), les superficies forestières endommagées par les incendies au Portugal, en Espagne et en France, sont respectivement de 213.986 ha, 81.929 ha et 13.574 ha. Sur le plan géographique, la zone la plus touchée est la région de l’Oriental (Jerada, Taourirt, Nador, Figuig, Oujda et Driouech) avec 48 incendies et 950 ha brûlés (dont 65% d’Alfa), suivie de la région de Tanger-Tétouan (Tanger, Chefchaouen, Larache, Ouazzane et Tétouan) avec 92 incendies touchant 583 ha (dont 50% d’essences secondaires et du tapis herbacé).

En dépit de ces résultats positifs, le Haut-Commissariat a fait savoir que le dispositif estival de veille et d’intervention restera à son niveau maximal de mobilisation et d’alerte jusqu’aux premières pluies. Cette année, le Haut-Commissariat aux eaux et forêts  a mis en place un important dispositif de prévention et de lutte contre les incendies de forêts qui repose sur plusieurs mesures, notamment les travaux d’entretien de tranchées pare-feu, l’aménagement de points d’eau, l’ouverture et la réhabilitation de pistes forestières, la construction et l’entretien de postes vigies et de la mobilisation de guetteurs pour l’alerte des départs de feux. Sur le plan opérationnel, on notera le renforcement des moyens humains avec la mise en place de 1.250 guetteurs et des moyens matériels, notamment aériens

(5 avions Canadair).

Signalons que la stratégie d’intervention repose sur un système gradué à trois niveaux d’intervention. Le premier niveau repose sur une gestion rapide, et une prise en charge du départ de feux par les services du Haut-Commissariat, moyennant des véhicules de première intervention (V.P.I) et les éléments de la Protection civile. Le deuxième niveau est ensuite renforcé, en cas de besoin, par le recours aux avions Bombardier (Canadair) d’une capacité de 6 tonnes des Forces Royales air et aussi par la mobilisation des équipes au sol des Forces auxiliaires. Si le feu est d’importance plus grave, il sera alors procédé à la mobilisation des Forces armées royales et des avions de la Gendarmerie royale pour circonscrire le feu, protéger les populations, les biens et les équipements sensibles.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *