INDH : des projets pour Casablanca

INDH : des projets pour Casablanca

Lancé par SM le Roi la semaine dernière, le programme INDH de Casablanca a été matérialisé, mercredi dernier, par la signature de six conventions à la préfecture Hay Mohammadi-Aïn Sbaâ.
Les projets approuvés concernent la réfection du centre de l’Association d’Aïcha Chenna, Solidarité féminine-section Aïn Sbaâ, qui profitera à 24 bénéficiaires pour une enveloppe budgétaire de 413.000 DH, la réhabilitation du centre L’Heure Joyeuse à la commune Roches Noires profitant à 500 personnes (100.000 DH), l’équipement du centre Al Amal pour personnes paralysées à Hay Adil (120 bénéficiaires pour une enveloppe de 220.000 DH), la réfection du centre de qualification des handicapés et de formation professionnelle de Hay Mohammadi (428 bénéficiaires, 230.000 DH), la construction et l’équipement d’une maison de l’étudiant et de l’étudiante à Aïn Sbaâ (200 bénéficiaires, 3 millions DH), et la construction et l’équipement d’une maison pour personnes âgées à Hay Mohammadi, qui profitera à 300 personnes pour une enveloppe de 500.000 DH.
Les conventions ont été signées, d’un côté, par le gouverneur de la préfecture d’arrondissements Hay Mohammadi-Aïn Sbaâ, le président du comité provincial de l’INDH, Abderrahim Bendraoui, et de l’autre, par les présidents des comités locaux, le délégué provincial de l’Entraide nationale et les présidents des associations bénéficiaires.
Lors de la cérémonie de signature, Nabyl Benabdellah, porte-parole du gouvernement, ministre de la Communication, a souligné l’importance du programme INDH-Casablanca. Le ministre, qui indique avoir participé à cette cérémonie «à titre symbolique», a appelé à la conjugaison des efforts de toutes les parties concernées pour faire aboutir ce plan destiné à résorber « toutes les formes de marginalisation et d’exclusion ». Et de préciser, chiffres à l’appui, que la région de Casablanca regroupe à elle seule un total de 50.000 personnes vivant en situation précaire, dont des femmes, des personnes âgées et des handicapés. Hay Mohammadi-Aïn Sbaï détient la palme peu enviable de la préfecture la plus touchée par le phénomène de la précarité, sachant que le taux de pauvreté dans cette région du Grand-Casablanca a atteint des proportions alarmantes. D’où la nécessité, voire l’urgence, d’un véritable plan de salubrité, dont les contours commencent à se dessiner après la signature desdites conventions avec plusieurs acteurs du tissu social local.
Les fonds débloqués, en plus de la motivation qu’ils sont censés susciter chez les associations bénéficiaires, permettront de réhabiliter la frange la plus touchée de la population de cette préfecture : enfants de la rue, handicapés, femmes abandonnées, sans oublier les personnes âgées. Lors du lancement du programme INDH-Casablanca, présidé la semaine dernière par SM le Roi, il a été procédé à l’évaluation des actions entreprises dans le précédent exercice (2005) et à la prospection des projets qui seront mis sur pied d’ici 2010.
Dans cet esprit, le ministre Benabdellah a affirmé que le gouvernement, qui veille à harmoniser les programmes de l’INDH avec les besoins diagnostiqués, œuvre avec le même enthousiasme à l’exécution avec la célérité requise des projets, formant l’espoir que l’évaluation de ces programmes d’ici 2010 débouchera sur des résultats positifs.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *