Indice de performance des changements climatiques 2018 : Le Maroc 6ème au niveau mondial

Indice de performance des changements climatiques 2018 : Le Maroc 6ème au niveau mondial

Le développement des énergies renouvelables explique en partie ce classement

Le Maroc est le sixième pays le plus performant au monde en matière de lutte contre le changement climatique. C’est ce que révèle l’indice 2018  de performance  des changements climatique (CCPI) qui a été publié ce mercredi et réalisé  par l’ONG allemande Germanwatch, le réseau d’ONG Climate action network Europe et le NewClimate Institute. Signalons  qu’aucun pays n’a pris de mesures suffisantes pour éviter les impacts dangereux du changement climatique jusqu’à présent et atteindre les objectifs de l’Accord sur le climat de Paris.  C’est pourquoi les trois premières places du classement mondial restent inoccupées. Par rapport à l’année précédente, le Maroc a ainsi gagné deux places dans le classement. Avec un score de 68,22, le Maroc devance plusieurs pays tels que la Norvège, le Royaume-Uni, la Finlande, la Suisse, la France ou encore  l’Allemagne, pays hôte de la COP23 . Il faut relever à ce sujet que depuis quelques années, le Maroc est le seul pays hors UE avec une «bonne» performance.

Le bon classement du Maroc s’explique par «le faible niveau d’émissions et ses objectifs ambitieux de réduction des émissions de GES d’ici 2030», soulignent les auteurs du rapport. Et d’ajouter : «Le Maroc a pu installer de nouvelles capacités d’énergies renouvelables au cours des cinq dernières années, ce qui conduira probablement à une meilleure évaluation des énergies renouvelables l’année prochaine». Si le Maroc utilise son énorme potentiel dans la production d’énergie solaire et hydraulique, les émissions en CO2, qui montent actuellement, vont probablement se stabiliser durant  les prochaines années. Le Maroc  a présenté une contribution nationale ambitieuse qui comprend une composante sans condition de 13% de réduction d’émissions de gaz à effet de serre par rapport au scénario « statu quo » de 2010 d’ici à 2030 et une deuxième composante, qui vise 32% moins d’émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030.

En partant de 34% d’énergies renouvelables en 2015, le Maroc veut augmenter ses capacités totales pour arriver à 42% en 2020 et à 52% en 2030 de renouvelables dans le secteur d’énergie. Pour ce qui est de l’énergie  hydraulique, le Royaume vise à atteindre l’objectif de 52% d’énergies renouvelables dans la production d’électricité essentiellement par l’augmentation de la part d’énergie solaire et éolienne.  Signalons que le «Climate change performance index» est établi avec l’aide de 300 experts énergétiques et climatiques -dont la plupart sont membres d’ONG environnementales- sur la base de 14 critères répartis en quatre catégories: les émissions de gaz à effet de serre, le recours aux énergies renouvelables, l’efficacité énergétique et la politique climatique.  L’analyse rend compte ainsi  des efforts déployés pour éviter les changements climatiques. En bas du classement, on retrouve  les Etats-Unis, l’Australie, la Corée du Sud, l’Iran et l’Arabie Saoudite. Ces pays figurent ainsi  parmi les très mauvais élèves de l’action climatique. La Corée du Sud, l’Iran et l’Arabie Saoudite ont montré «peu de progrès ou de volonté» dans leurs efforts pour réduire les gaz à effet de serre.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *