Infidélité fatale

Driss, 21 ans et Zakia, 18 ans, sortaient ensemble. Ils passaient de bons moments à errer dans la ville et ses jardins, à siroter un jus dans un café, à dormir ensemble sur un lit chez un ami. Ils rêvaient de leur avenir sous un même toit, avec leurs enfants. «C’est un rêve qui se réalisera Incha-Allah…Nous resterons ensemble toute la vie chère…» lui chuchotait-il à chaque fois qu’ils étaient ensemble. Elle croyait à ses paroles et à ses promesses. «Moi aussi, je ne t’abandonnerai jamais…Je ne rêve que de rester près de toi, entre tes mains…» lui confiait-elle souvent. Des années sont passées et le couple s’est marié pour occuper une chambre avec les parents de Driss. Bien qu’il ait décroché sa licence, ce dernier a accepté de se débrouiller en gagnant sa vie dans un restaurant. La vie est devenue très dure pour eux sans parler de l’atmosphère de plus en plus tendue avec les comportements de la mère de Driss. Cette dernière n’a jamais accepté Zakia comme épouse de son unique fils.
«Mais pourquoi maman, qu’est-ce qu’elle t’a fait ?» lui a demandé une fois Driss qui a remarqué que sa mère détestait sa bien-aimée. «Je ne veux plus qu’elle reste chez moi, tu dois te débrouiller mon fils, je ne l’aime pas et je ne l’aimerais jamais…Tu dois choisir entre elle et moi…» lui –a-t-elle répondu sans vergogne. La solution ? «On doit déménager chez mes parents, ils m’ont demandé de rester avec eux jusqu’au jour où nous pourrions avoir notre propre foyer…» affirme Zakia à son mari qui n’a pas d’autre choix. Le couple a fini par déménager. Et Driss a pu trouver un boulot à sa femme dans le même restaurant. Deux mois plus tard, les comportements de Zakia ont changé.
Pire encore, elle a condamné son mari à ne plus partager le même lit avec elle. Les interrogations se multipliaient d’un jour à l’autre. Les doutes de Driss ont été confirmés, un jour du mois d’avril 2002. Il l’a surprise en train de parler à quelqu’un au téléphone. «A qui parles-tu ?» lui a demandé avec une nervosité non dissimulée. «C’est mon frère…» a-t-elle balbutié. Il a avalé la couleuvre. Mais il s’est armé de patience, jusqu’au jour où il a mis la main sur son portable, a fouillé son répertoire pour trouver un premier message SMS : «Mon coeur bat la chamade à cause de ton amour», puis un deuxième et un troisième, tous reçus d’un certain Hakim. «C’est certainement Hakim le commerçant dans la boutique qui se situe près du restaurant où nous travaillons», a-t-il pensé. Quand il l’a confrontée avec cette réalité, elle s’est effondrée. Il n’a pas pu la toucher, parce qu’il l’aimait toujours. Mais c’est le commerçant qui payera le pot cassé, puisque Driss n’a pas perdu de temps pour s’armer d’un couteau et se rendre chez lui pour le tuer. Un acte qui a coûté 20 ans de réclusion criminelle à Driss.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *