Inondations dans la région du Gharb : les populations accueillies dans des bivouacs équipés

Inondations dans la région du Gharb : les populations accueillies dans des bivouacs équipés

Les populations sinistrées par les inondations dans la commune rurale de Magrane (25 km environ au nord de Kénitra) ont été accueillies dans des bivouacs équipés. La montée des eaux de l’Oued Beht a obligé les habitants de plusieurs douars de la commune à déménager de nuit pour se réfugier dans des bivouacs établis dans un stade de football à Sidi Allal Tazi et un autre au poste forestier d’El Manzeh, dans la banlieue de Kénitra. Entre 320 et 350 personnes du douar Taâouniat El Khir ont été installées, dans le stade de Sidi Allal Tazi, dans des tentes dressées par la protection civile. Les habitants du douar ont été surpris par les eaux tard dans la nuit de vendredi et amenés dans ce campement, a indiqué M. Berkiya Mustapha, président de la commune rurale de Sidi Allal Tazi. «Le bivouac est équipé en sanitaires et une unité du ministère de la Santé, composée d’un médecin et d’infirmiers, est mobilisée en permanence dans le campement», a-t-il déclaré aux journalistes venus visiter le campement. Des matelas, des couvertures et des produits alimentaires et de l’orge pour le bétail ont été distribués aux populations, a ajouté M. Berkiya. Des éléments de la Gendarmerie royale, des forces auxiliaires et de la protection civile y sont aussi présents pour assurer la sécurité. Les eaux d’oued Beht ont continué de monter samedi obligeant les habitants de plusieurs autres douars à déménager. Une noria d’estafettes, de tracteurs et charrettes transportant biens et personnes se pressaient, dans la matinée, sur la piste qui relie douar Oulad Amer à la nationale Kénitra-Tanger avant que l’eau n’isolait complètement le douar. D’autres habitants ont entassé leur affaires au bord de la piste dans l’attente d’un moyen de transport pour aller se réfugier chez un parent, une connaissance ou dans le bivouac. Des éléments de la Gendarmerie royale étaient sur les lieux pour superviser le départ des populations. Vers l’après-midi, le président de la commune rurale de Magrane, Lakhdar Khanati appelle au téléphone la protection civile pour leur demander d’apporter leurs zodiacs pour évacuer les populations d’un autre douar, celui de Mhajba, situé un peu plus loin, atteint lui aussi par les eaux. Les eaux continueront de monter et risquent d’isoler d’autres douars, a ajouté M. Khanati. Vendredi soir, le wali de la région du Gharb-Chrarda- Beni-Hssen, Abdellatif Benchrifa avait tenu une réunion pour informer les élus de la région sur la situation délicate dans certains endroits de la région après les fortes pluies qui se sont abattues ces derniers jours et ont provoqué une forte pression sur les barrages. Vendredi, les retenues du barrage Al Wahda avaient atteint 104 %. La wali avait assuré les députés que la situation est sous contrôle et que tous les moyens sont disponibles pour faire face à toute éventualité.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *