Inondations : La météorologie nationale rassure

Inondations : La météorologie nationale rassure

Tout le monde se souvient encore des pluies torrentielles de 2010 qui ont fait plusieurs morts et causé d’importants dégâts matériels à travers le pays. Alors que les pluies s’abattent sur la plupart des régions du Royaume, faut-il s’attendre à des risques d’inondations? La météorologie nationale se veut rassurante. «Il n’y a pas à s’inquiéter, les pluies sont normales. Les quantités de précipitation ne sont pas abondantes. Il faut s’attendre à une année normale», déclare Mohamed Belhouchi, responsable à la direction de la météorologie nationale, tout en relevant que  «depuis samedi dernier, le Maroc connaît une succession de perturbation. Le Tangérois a connu des pluies importantes dans la nuit du samedi au dimanche. Depuis lundi, la  situation météorologique est dominée par un ciel de traîne accompagné d’averse». Dès ce jeudi, il faudra s’attendre à un temps plus stable comme le confirme M. Belhouchi «Les pluies vont s’arrêter et le temps va se stabiliser. Cela dit, les températures vont continuer à baisser surtout au niveau des hauts reliefs».Toutefois, la vigilance reste de mise. «Le Maroc à l’instar des autres pays n’est pas à l’abri des phénomènes extrêmes engendrés par  les changements climatiques avec des périodes de sécheresse plus longues et plus fréquentes et davantage de précipitations», explique-t-il. «Les inondations dépendent de l’intensité des précipitations, c’est-à- dire de la quantité de pluie recueillie dans un intervalle de temps déterminé. Ainsi, si les précipitations atteignent 80 mm en 24 h, il n’y a pas de risque. Par contre, si la quantité des pluies atteint les 80 mm en l’espace de 2 heures alors le risque des inondations est imminent», poursuit–il. Le responsable à la direction de la météorologie nationale ne cache pas que ces pluies sont bénéfiques pour le secteur agricole et constitue une véritable aubaine pour  les agriculteurs.
Les conséquences des fortes précipitations sont lourdes tant sur le plan humain que matériel. Rappelons qu’en 2010, 35 personnes avaient trouvé la mort suite aux fortes pluies. Dans la métropole économique, des centaines de maisons et de voitures avaient été entièrement submergées.
Dans plusieurs zones, l’activité industrielle était  paralysée et une grande partie de la ville avait été privée d’électricité sans compter les routes coupées et les établissements scolaires fermés.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *