Inquiétudes mauritaniennes

Les derniers développements de la question du Sahara marocain ont largement été évoqués cette semaine sur les colonnes de la presse mauritanienne.
Les organes de presse du voisin sud du Maroc ont mis en garde contre les dangers de l’escalade que pourrait susciter cette question qui, estiment-ils, empoisonne les relations entre Rabat et Alger et entrave la construction de l’Union du Maghreb Arabe (UMA).
Sous le titre «Brouille entre Rabat et Alger», l’hebdomadaire «Nouakchott-info», rappelle les derniers développements de l’affaire, notamment le fait que le Maroc «exclut catégoriquement» toute proposition de partition du Sahara.
L’hebdomadaire indépendant note qu’Alger, «qui serait effectivement derrière cette proposition, a commencé par défendre timidement, puis de plus en plus fort, l’idée de partage». Son pendant arabophone «Akhbar Nouakchott» estime que le dernier rapport du secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, relatif au Sahara est marqué de «pessimisme» et par une certaine idée de «dérobade», notant qu’à partir de là, «toutes les éventualités sont envisageables». Il en veut pour illustration, la nature des récents communiqués publiés de part et d’autre qui, estime la publication, ne sont que le reflet du degré de tension qui prévaut dans la région. «Akhbar Nouakchott» va plus loin relevant que tout indique que l’ONU cherche à se débarrasser de la région après avoir fait le constat de son échec à trouver une solution appropriée à la question du sahara. Et de s’inquiéter des conséquences d’un éventuel retrait de l’ONU qui laisserait face-à-face les parties au conflit, «ce qui ne serait ni dans leur intérêt ni dans celui de l’ensemble de la région».
Concernant la position mauritanienne, «Akhbar Nouakchott» rappelle que depuis l’annonce par l’ONU de l’organisation d’un référendum d’autodétermination au Sahara, la Mauritanie a su maintenir constamment une position équilibrée, partant du principe consistant à soutenir tout accord susceptible de recueillir l’agrément des deux parties.
L’hebdomadaire «L’opinion libre» s’inquiète pour sa part de «la démission totale des nations unies», qui estime-t-il, pointe entre les ligne de la quatrième voie proposée par le secrétaire général de l’ONU. Le journal salue à cet égard, les efforts de SM le Roi Mohammed VI pour parvenir à une solution de la question et met en exergue les efforts du souverain en faveur de l’assainissement des relations inter-maghrébines et pour la paix dans le monde.
L’inquiétude à l’égard d’une éventuelle escalade dans la région se retrouve sur les colonnes de l’hebdomadaire «Al Wahdaoui», qui redoute les conséquences néfastes sur l’ensemble du Maghreb arabe, en particulier sur la Mauritanie, qu’aurait le choix de l’affrontement militaire.
Souci régional également sur les colonnes de l’hebdomadaire francophone mauritanien «Le Calame» qui estime que ce conflit «demeure une épine fichée au front du continent, un obstacle à la construction de l’Union du Maghreb Arabe, un sujet qui empoisonne les relations -déjà ô combien complexes et torturées» dans la région.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *