Intégrité dans le secteur de l’eau: Charafat Afailal appelle à une bonne gouvernance

Intégrité dans le secteur de l’eau: Charafat Afailal appelle à une bonne gouvernance

La disponibilité moyenne en eau renouvelable est d’environ 700 m3 par habitant et par an, bien en-dessous du seuil de stress hydrique de 1.000 m3 par habitant et par an.

C’est ce qui a été débattu, mardi 29 septembre à Rabat, lors des travaux d’un atelier national sur «l’intégrité dans le secteur de l’eau» initié par le ministère délégué chargé de l’eau avec le concours et l’appui de l’Agence de coopération internationale allemande pour le développement (GIZ) et en collaboration avec les départements ministériels concernés.

«Cet atelier a pour objectif de sensibiliser les différents intervenants et acteurs du secteur de l’eau aux fondements de l’intégrité dans ce secteur, de mettre en exergue les bonnes pratiques et les expériences réussies en la matière afin de promouvoir une meilleure gouvernance des ressources en eau au Maroc et impulser le respect des principes de l’intégrité dans la gestion des services liés à l’eau», a signalé Charafat Afailal, ministre déléguée chargée de l’eau. Et d’ajouter que «l’intégrité dans le secteur de l’eau est un concept émergent désignant les comportements et les actes des différents intervenants dans ce secteur qui sont conformes à un ensemble de principes éthiques et moraux et qui créent une barrière préventive contre la pratique de corruption et ses agissements pouvant nuire au développement durable de ce secteur vital. Ainsi, l’intégrité se veut être un ingrédient fondamental et essentiel de la bonne gouvernance s’appuyant sur trois piliers, à savoir la transparence, la responsabilité et la participation».

Quant à Mohamed Louafa, ministre délégué chargé des affaires générales et de la gouvernance, il a souligné qu’il est important de rappeler que les ressources en eau naturelles et renouvelables de notre pays sont relativement limitées et caractérisées par une importante variabilité temporelle et une grande disparité territoriale. C’est la raison pour laquelle le pays s’est engagé depuis des décennies dans la voie de la maîtrise et du développement des ressources en eau moyennant la réalisation d’importantes infrastructures hydrauliques de mobilisation, de production et de transport d’eau sur de longues distances, assurant en conséquence une sécurité hydrique satisfaisante pour notre pays.

En effet, et en vue d’assurer une bonne gouvernance du secteur de l’eau, le programme maroco-allemand «AGIRE» vise l’amélioration de la gestion de l’eau au Maroc, à travers la modernisation des institutions chargées de la gestion de l’eau, l’amélioration des systèmes de contrôle et de suivi des ressources en eau, la gestion des eaux pluviales, la valorisation des eaux usées ainsi que l’appui au développement et à la mise en œuvre des plans AGIRE régionaux et locaux.

A noter qu’ au Maroc, plusieurs initiatives sont prises à l’image des ateliers de formation dispensés par l’Université Al Akhawayn d’Ifrane, sélectionnée, en 2014, partenaire national du programme de renforcement des capacités sur l’intégrité de l’eau dans la région du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (MENA) pour la période 2014-2017.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *