Intempéries : les victimes relogées

A Mohammédia, le Premier ministre, Driss Jettou et le ministre de l’Habitat, Taoufiq Hjira, ont procédé samedi dernier à la remise des clés des logements aux bénéficiaires d’un programme pour le recasement des victimes des inondations qui ont touché la ville en novembre 2002. Il s’agit d’un programme ambitieux, fruit d’un partenariat public/privé et qui a été réalisé dans un délais record, pas plus de six mois. En effet, juste après la crue de l’Oued El Maleh et ses conséquences désastreuses sur plusieurs familles, les autorités ont lancés un plan d’urgence pour le relogement des sinistrés. C’est la Société Nationale d’Equipement et de Construction (SNEC) qui a été désignée maître d’ouvrage. Les logements ont été construits, par le groupe Chaâbi, sur un site qui existait déjà, à savoir le projet Riad Salam qui s’étend sur une trentaine d’hectares. Sur ces 1.300 lots, la SNEC a réservé 642 lots pour le recasement des bidonvillois dont 102 uniquement pour les sinistrés des inondations. Ces 102 lots ont permis la construction de 202 logements (R+1). Chaque étage étant occupé par une famille. En plus de ces 202 logements, la SNEC a prévu 6 commerces. En somme, les sinistrés ont bénéficié de nouveaux logements de 60 m2 chacun. Ces maisons comptent trois pièces, une cuisine et deux salles d’eau. Ainsi qu’une cour, pour les maisons au rez-de-chaussée, ou une buanderie pour celles au premier étage. « Les constructions de ces logements ont débuté en avril 2003 », indique-t-on à la SNEC. Toutes les maisons étaient fin prêtes au début du mois de septembre. Pour ce qui est des prix de vente, notons tout d’abord que le coût de revient de chaque logement atteint les 98.500 DH, le foncier compris. La cession au bénéficiaire a été opérée au prix de 60.000 DH, la différence étant subventionnée par l’Etat. Les familles sinistrées versent 18.000 DH en guise d’avance puis payeront une mensualité de 420 DH pendant 8 ans. Ce crédit sans intérêt est une aubaine pour tous les bénéficiaires déjà très affectés par les inondations. Le recouvrement des mensualités a été confié à la CIFM du groupe CDG conformément à une convention signée entre la préfecture de Mohammédia, la SNEC et le CFIM. Un compte a été créé pour y verser la totalité des mensualités. Ce compte, qui sera géré par la SNEC, servira à financer d’autres opérations pour la résorption de l’habitat insalubre dans la préfecture de Mohammédia. Rappelons que le projet de recasement des sinistrés a été financé par une subvention du ministère de l’Intérieur (15 millions de DH) et de l’Habitat (5 millions de DH). Quant aux bidonvillois, ils bénéficieront des autres lots qu’ils seront eux-mêmes appelés à construire. La seule condition pour entamer les constructions c’est de détruire leur baraque. C’est la préfecture qui veillera au respect de cette condition sine qua non. Déjà 414 lots sont en cours de construction et seront bientôt prêts. Grâce à ce programme, le secteur du bâtiment connaît un nouveau souffle à Mohammédia.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *