Interdiction de noms amazighs : Le démenti de l’Intérieur

Interdiction de noms amazighs : Le démenti de l’Intérieur

Tout citoyen est libre de choisir le prénom de son enfant

La Direction générale des collectivités locales (DGCL) a démenti les informations relayées par des sites électroniques, selon lesquelles deux familles ont été interdites d’inscrire leurs nouveau-nés sous des prénoms amazighs dans la commune d’Erfoud et à Casablanca, précisant que ces allégations «sont dénuées de tout fondement».

La DGCL souligne dans une mise au point que l’officier de l’état civil dans la commune d’Erfoud a sollicité dans le cadre de ses fonctions un délai pour se renseigner sur la signification du prénom d’«Arious» et ce, conformément à la procédure en vigueur, ajoutant que les services compétents de la Haute commission de l’état civil ont affirmé qu’il s’agit d’un prénom amazigh conforme aux dispositions légales. La même source explique aussi que selon l’enquête menée dans l’arrondissement d’Aïn Chock, l’officier de l’état civil à l’annexe administrative Chrifa, après avoir suivi la même procédure et consulté l’inspection provinciale, a établi qu’«Iri» est un prénom amazigh conforme aux dispositions légales, notamment celles fixées par l’article 21 de la loi N° 37.99 relative à l’état civil.

Contrairement à ce qui a été véhiculé par certains sites électroniques, il ne s’agit pas d’une interdiction de ces prénoms pour cause de leur origine amazighe, mais plutôt du suivi par l’officier de l’état civil de la procédure mise en place en cas de difficulté pour déterminer le sens d’un prénom à l’heure de son inscription dans les registres de l’état civil conformément aux lois en vigueur, note la même source. Et d’ajouter que le ministère de l’intérieur affirme qu’il n’y a pas lieu d’interdire un prénom d’origine amazighe assurant que tout citoyen est libre de choisir le prénom de son enfant et que les normes légales s’y rapportant sont applicables à tous loin de toute discrimination, et ce, en application de la Constitution et des conventions internationales relatives aux droits et aux libertés des individus. Les services compétents au ministère de l’intérieur demeurent à la disposition des citoyens lors des horaires de travail pour répondre à toute question à ce sujet avec la célérité requise par le biais des numéros suivants : 05.37.28.68.89/05.37.28.68.63/05.37.2868.82, conclut la même source.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *