Jeunes associations en quête de soutien

Dans un geste accompagnateur et encourageant aux initiatives locales de citoyenneté, le gouverneur de Derb sultan El Fida et la commune du même district ont octroyé un local à l’association «Mostaqbal», membre du réseau «Maillage Maroc». La cérémonie d’inauguration a eu lieu samedi après-midi, en présence du gouverneur et des responsables de la commune, du président de Maillage Maroc et de l’incontournable Naïma Lemcharqui qui ne rate aucune occasion de venir soutenir et encourager les activités associatives de tous les membres du réseau Maillage.
Ces jeunes pris en charge et organisés par eux-mêmes, et parrainés également par un jeune entrepreneur qui a épousé leur cause civique, veulent faire de leur association un élément fédérateur et un environnement positif et attractif pour tous leurs congénères de Derb Sultan, dont la majorité sont issus de milieux démunis. Ils sont décidés à agir ensemble pour le civisme, l’éducation et la lutte contre le désoeuvrement de la jeunesse. Leur méthode consiste à mener des activités d’ordre social, sportif et culturel. Jusqu’au 15 mars, toutes les activités entreprises par «Mostaqbal» ont été effectuées sur le terrain en l’absence d’un local associatif, alors que les réunions se déroulaient dans les domiciles des membres de l’association à tour de rôle. Ils ont déjà organisé une journée « quartier propre », un tournoi de mini-foot, une opération de distribution de vêtements pour enfants pauvres, des campagnes de sensibilisation etc.
L’octroi d’un local permettra dorénavant à l’association d’organiser des activités culturelles, des débats, des reproductions artistiques, des concours pour jeunes talents… Qu’une association soit mobilisée pour faire des activités n’est pas nouveau. Ce qui l’est en revanche, c’est cette implication directe des autorités locales et des élus, et pas seulement à travers des discours. Selon Tarik L’Mhadder, président de «Mostaqbal», «çe ne sont pas des faveurs qu’on fait aux autorités, mais une reconnaissance de leur soutien et leur présence effective. La porte de monsieur le gouverneur est toujours ouverte à tous, il nous écoute attentivement et prend note de nos démarches nous assurant son soutien. Il en est de même en ce qui concerne les responsables de la commune». Cette nouvelle forme de contact direct et sans intermédiaires entre la jeunesse et les autorités n’a pas manqué de soulever des réactions. Les mauvaises langues commencent à avancer des propos douteux à propos de ces prémices d’harmonie citoyenne. On parle tantôt de récupération, tantôt de propagande et d’outillage de masses et ainsi de suite.
Erreur, rétorque Abderrahim Haddach, secrétaire général de la même association. «Je me demande si ce n’est pas parce que nous sommes des jeunes issus d’un quartier populaire. Car, quand certains pontifes des salons casablancais organisent des galas et des soirées autour d’un petit thème gonflé pour la circonstance et qui ne n’intéresse qu’une infime minorité, ils tiennent exclusivement à la présence des représentants de l’autorité. On va dans un «cinq étoiles», on dresse des banquets, on sélectionne les invités pour une action soi-disant civique. Pourquoi on ne parle pas de récupération annoncée dans ce cas ? Faut-il qu’on soit vieux pour que les responsables daignent nous écouter ?
Pour nous c’est une nouvelle ère, et nous comptons bien aller dans ce sens, puisque S.M. le Roi, lui-même jeune, va dans cette direction. Nous sommes démunis, mais pas moins marocains que ceux qui sont jaloux de nos activités qui demeurent, somme toute, de petite envergure. Mais je suis certain que le temps tranchera dans cette affaire de jugement à la hâte». En tout cas, le nouveau local de l’association «Mostaqbal» se trouve dans un endroit stratégique, dans le même immeuble moderne de la commune et il est déjà occupé par les jeunes démunis de Derb sultan.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *