Journée mondiale de l’œuf: 5,2 milliards d’unités en 2015

Journée mondiale de l’œuf: 5,2 milliards d’unités en 2015

Le secteur a réussi à réaliser durant 2015 un chiffre d’affaires estimé à 5 milliards de dirhams.

La journée mondiale de l’œuf est célébrée ce vendredi 14 octobre. En effet,  l’aliment à fort apport calorique, estimé a 87,5 Kcal/œuf,  représente un aliment de choix à excellente valeur nutritive. La consommation de deux œufs peut remplacer 100g de viande.

Au Maroc, le secteur de production des œufs a pu profiter d’un apport  de 2,2 milliards de dirhams. Ce qui a permis la création de pas moins de 240 fermes, selon les chiffres de l’Association nationale des  œufs de consommation. L’activité de ces fermes est conforme à la loi 49.99. Celle-ci,  portant sur «la protection sanitaire des fermes  de volaille  et le contrôle de production et commercialisation des volailles», a permis au pays de produire des œufs non seulement de haute qualité, mais aussi  qui adhèrent à toutes les conditions de sécurité alimentaire, préservant ainsi la santé du consommateur.

En 2015, le Maroc a réussi à produire environ 5,2 milliards d’unités. Ce qui a permis de fournir 160 œufs par personne par an. A savoir que la capacité de production marocaine couvre 100% des besoins  exprimés au niveau du Royaume en œufs de consommation. Ce qui a permis au secteur de dépasser la commercialisation locale, et de commencer d’exporter vers certains pays d’Afrique durant les dernières années.

Le secteur a réussi à réaliser également, durant 2015, un chiffre d’affaires estimé à 5 milliards de dirhams. Il permet également de créer 12.000 emplois directs de manière continue, selon la même source. En plus de 30.000 emplois indirects  qui sont liés à la chaîne de distribution et de commercialisation.

Enfin, célébrant la journée mondiale de l’œuf, l’Association nationale des œufs de consommation rejoint les autres pays pour ancrer cette occasion, en renouant le lien entre les professionnels du secteur et le consommateur,  afin d’assurer une sensibilisation continue par rapport au secteur et ce qui en découle.

Maryem Laftouty

Journaliste stagiaire

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *