Jumelage au profit de malvoyants

L’attroupement des habitants de Ben Msik devant le complexe culturel Kamal Zebdi mercredi après-midi est impressionnant. Ils attendent leur tour pour passer l’examen de dépistage de vue chapeauté par des ophtalmologues américains volontaires, dans une activité de grande envergure qui dure depuis dimanche dernier.
Une opération qui se déroule en marge du jumelage de la ville de Chicago et Casablanca. C’est ainsi que l’association américaine VOSH (Volontaires Optométristes au Service de l’Humanité) de Chicago, et l’Organisation Alaouite pour la Protection des Aveugles du Maroc (OAPAM) ont organisé, en collaboration avec les autorités locales, la préfecture, la commune et la faculté de Ben Msik, ladite opération. L’intervention consiste en un dépistage dans un grand nombre d’écoles et plus de 2500 personnes (quelque 1000 élèves mal-voyants, près de 600 adultes déficients visuel nécessiteux, plus de 400 mal-voyants élèves et adultes de l’OAPAM) ainsi que d’autres élèves issus de milieux défavorisés comme Bouskoura.
La délégation américaine est composée de 12 ophtalmologues, 12 opticiens et 8 éléments paramédicaux. Les élèves examinés bénéficient immédiatement et gratuitement de lunettes de correction. Selon Boubker Mazoz, vice-président de l’OAPAM, «cette opération entre dans le cadre de la lutte contre la cécité et la malvoyance, qui figurent parmi les objectifs essentiels de l’OAPAM». En fait, M.Mazoz est le véritable initiateur de cette action. Très connu pour son activité incessante dans le domaine des relations publiques, il fait beaucoup d’efforts pour activer et améliorer le rapprochement entre la société américaine et les Marocains.
Chaque jour, depuis le début de l’opération, 400 personnes sont examinées et parfois même plus, comme ce mercredi à Ben Msik où 537 personnes ont passé l’examen. Les médecins américains n’ont pas cru leurs yeux en voyant des élèves myopes en troisième et en quatrième classes primaires, qui n’ont jamais porté de lunettes. Ils se sont demandés comment ces enfants ont enduré ces années de scolarité avec un niveau alarmant de malvoyance. Assistée par 42 étudiants de langue anglaise de la faculté de Ben , qui servent d’interprètes et quelques étudiants futurs ophtalmologues marocains, la délégation américaine travaille selon un horaire non-stop.
A propos de ce climat d’entraide, de bénévolat et de relations humaines, il convient de rappeler que le maître traiteur marocain Rahal s’est chargé de l’approvisionnement total de toutes les personnes participant à cette opération. Une décision bénéfique qui risque en plus de servir d’exemple et d’inciter d’autres associations locales à faire de même.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *