Jusqu’où ira la FDT ?

Les trois centrales syndicales les plus représentatives, en l’occurrence la CDT ( Confédération démocratique du travail), l’UMT ( Union marocaine du travail) et l’UGTM ( Union générale des travailleurs du maroc) ont rendu public un communiqué, en commun, à l’issue d’une rencontre avec le ministre de la Santé, Mohamed Cheikh Biadillah, dans lequel elles rappellent leurs doléances, mais sans aller jusqu’au débrayage. Dans sa rencontre de Casablanca, le Premier ministre a souligné l’engagement du gouvernement à développer le secteur de la santé en tant que domaine prioritaire et un des axes de la politique gouvernementale de proximité et d’ouverture sur les citoyens. Le secteur de la santé enregistre encore un déficit au niveau des prestations de base, a indiqué le Premier ministre qui présidait une réunion consacrée au secteur de la santé. Il a rappelé, dans ce cadre, les déséquilibres enregistrés en matière de santé entre les milieux urbain et rural ainsi qu’entre les différentes régions du Royaume. Notant que seulement 4,5 % du PIB est consacré au budget de la santé, il a souligné que le gouvernement a décidé, à l’occasion de la loi de Finances 2003, de poursuivre l’accroissement de ce budget. M. Jettou a également rappelé les actions prévues par le programme global intégré du gouvernement visant le développement de ce secteur vital, programme, dont la mise en oeuvre a été entamée et qui concerne le réaménagement des établissements hospitaliers, la modernisation de leurs équipements médicaux et l’ouverture de nouveaux centres médicaux, outre la réouverture de plus de 200 centres. Il s’agit aussi de mettre à niveau les services des urgences médicaux, de créer un SAMU à Casablanca et d’ouvrir quatre centres régionaux d’oncologie à Casablanca, Agadir, Oujda et Tanger, a-t-il ajouté. Le Premier ministre a en outre souligné l’importance qu’accorde le gouvernement aux projets de CHU à Fès et à Marrakech qui sont en cours de réalisation avec une enveloppe budgétaire s’élevant à un milliard de dh. La mise en place de ces CHU, a-t-il dit, est de nature à alléger la pression sur ceux de Rabat et Casablanca. Le gouvernement, a-t-il ajouté, oeuvre à concrétiser le texte sur l’assurance maladie obligatoire et à mettre en place les mécanismes du régime d’assistance médicale aux couches défavorisées. De son côté, le ministre de la Santé, Mohamed Cheikh Biadillah, a indiqué que la réforme du secteur de la santé nécessite la conjugaison des efforts étant donné qu’il s’agit d’un chantier qui requiert l’engagement de plusieurs départements gouvernementaux, du secteur privé, des collectivités locales et de la société civile dans un élan solidaire pour faire face à la problématique du financement. Il a également souligné la réactualisation prévue des textes concernant le secteur et la mise en place d’une stratégie nationale relative aux services des urgences, indiquant que 147 millions dh ont été consacrés cette année aux urgences dans 33 établissements hospitaliers.Bref, cette rencontre, qui a été couronnée par la signature de 18 conventions, notamment, entre le CHU Ibn Rochd et plusieurs associations, constitue une réponse pratique à l’appel à la grève. La FDT est-elle alors prête de relever le défi ?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *