Kadhafi va agir en médiateur pour apaiser les tensions

Kadhafi va agir en médiateur pour apaiser les tensions

Le numéro un libyen Mouammar Kadhafi va agir en médiateur pour mettre fin aux tensions entre Le Caire et Alger autour des éliminatoires du Mondial 2010 qui ont tourné à la crise diplomatique, a rapporté, mardi, l’agence de presse officielle libyenne Jana.
«Le Guide de la Révolution, président de l’Union africaine (UA), va travailler pour combler le fossé qui s’est creusé entre l’Égypte et l’Algérie à la suite de la récente rencontre de football entre les sélections des deux pays», a indiqué l’agence. Cette médiation sera conduite par le colonel Kadhafi à la demande du secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, a précisé Jana. Peu après, l’agence a rapporté que le numéro un libyen avait appelé le président égyptien Hosni Moubarak pour discuter des «moyens» permettant de mettre fin à la crise entre Le Caire et Alger.
M. Moubarak a exprimé son «respect» au colonel Kadhafi, saluant son «initiative fraternelle», a ajouté l’agence sans autre détail. La tension entre les deux pays n’a cessé de monter au cours des dernières semaines autour de la qualification pour le Mondial.
La crise a éclaté après une attaque à coups de pierre du bus transportant l’équipe d’Algérie à son arrivée dans la capitale égyptienne il y a une dizaine de jours.
Des accrochages entre supporteurs des deux camps sont survenus mercredi soir dans la capitale soudanaise, Khartoum, à l’issue d’un match d’appui où l’Algérie a obtenu son billet pour le Mondial en éliminant l’Égypte (1-0).
L’Égypte a convoqué l’ambassadeur d’Algérie au Caire à deux reprises et  elle a rappelé son ambassadeur à Alger jeudi. Une manifestation devant l’ambassade d’Algérie au Caire avait donné lieu vendredi à des violences et 35 personnes, dont 11 policiers, ont été blessées.


Match Algérie : Des casseurs condamnés


Deux jeunes Roubaisiens auteurs de dégradations et de violences, mercredi 18 novembre, après le match Algérie-égypte ont été condamnés vendredi 20 novembre en comparution immédiate par le tribunal correctionnel de Lille à trois et douze mois de prison ferme. Trois autres jeunes Roubaisiens ont été condamnés à des peines allant de trois à cinq mois de prison avec sursis pour des dégradations volontaires par incendie, des jets de projectiles et des outrages envers les forces de police. A Roubaix, 35 véhicules avaient été endommagés, dont 26 incendiés, une centaine de conteneurs incendiés et une dizaine de vitrines cassées, selon le procureur de Lille Frédéric Fèvre, qui relève que des policiers et des pompiers avaient été caillassés. Les forces de l’ordre ont procédé dans la nuit de mercredi à jeudi à 37 interpellations et 37 gardes à vue dont sept pour des mineurs à Roubaix, principal foyer de violences du département du Nord, dans la soirée de mercredi. Sept Roubaisiens ont été présentés en comparution immédiate, mais deux d’entre eux ont obtenu le renvoi de leur affaire afin d’organiser leur défense et ont été placés en détention provisoire.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *