Karim Hajji, vendeur dans l’âme

Karim Hajji, vendeur dans l’âme

Il a une âme de vendeur, il aime le terrain et n’a pas peur d’avaler les kilomètres. Voilà, en quelques mots, le profil de Karim Hajji, représentant commercial chez un fabricant de peinture. Installé à Tanger, il couvre actuellement toute la zone nord pour le compte de celui-ci. Il s’occupe, entre autres, de la promotion et de la présentation des produits de sa société, cherche de nouveaux clients et conclut les ententes de vente. Chaque jour, il rend visite à plus d’une dizaine de clients : «Je commence généralement à 8h30. Je travaille suivant un programme déjà défini», explique M. Hajji. Toujours au volant de sa voiture pour ses rendez-vous, il affirme que les conditions de travail du commercial ne sont pas de tout repos. Mais ce sont ces perpétuels déplacements qui semblent faire le bonheur de notre homme : «aller à la rencontre de clients me donne un sentiment de satisfaction», poursuit-il.
Débuter comme agent commercial est similaire à une création d’entreprise, il faut s’y préparer et agir méthodiquement pour assurer la pérennité de votre entreprise sur le long terme. C’est le défi relevé, chaque jour haut la main, par M. Hajji. Cet homme de 35 ans a commencé son parcours en tant que commercial en 1989, dans une société espagnole spécialisée dans la vente de matériaux de quincaillerie. Fraîchement muni de son Bac, il n’a pas hésité à se lancer dans l’aventure. «Cette société recherchait une personne dynamique et de confiance. Les responsables m’ont donné un catalogue et m’ont décrit les produits que j’étais chargé de vendre ainsi que leurs prix. Et j’ai donc commencé sur le terrain», raconte Karim Hajji.
Il savait, dès le départ, dans quelle vie il s’engageait : une vie d’indépendant et de commercial. Ces notions ont été très importantes à assimiler : elles sont synonymes d’efforts, de réactivité, de combativité, d’autonomie, d’innovation… C’est d’ailleurs sa capacité à développer toutes ces qualités qui a été déterminante dans sa réussite. C’est son ambition et sa volonté d’aboutissement qui lui ont permis de surmonter tous les obstacles qu’un agent commercial peut rencontrer. Tout au long de sa carrière qui s’étale sur 17 ans, il a occupé le poste d’agent commercial dans plusieurs sociétés. Il a vendu des produits de quincaillerie, des chauffe-eau, des climatiseurs et maintenant de la peinture. Notre homme est le profil-type du bon technicien : «un commercial ne vend pas que des savonnettes ! Il doit maîtriser son produit sur le bout des doigts pour être crédible», dit-il. Pour lui, c’est l’expérience qui compte le plus dans ce travail. Il faut par ailleurs qu’il soit particulièrement persuasif. «Le commercial doit croire en ce qu’il vend, s’exprimer aisément et toujours trouver l’argument qui saura convaincre les clients indécis», précise-t-il. A travers son parcours, Karim Hajji donne la preuve que sans ambition et sans une belle dose d’énergie, pas d’évolution possible dans le métier de commercial, dont les maîtres mots sont la rentabilité, la compétition et le chiffre d’affaires !
Marié et père de trois enfants, M. Hajji fait preuve de beaucoup de résistance : «je donne tout mon temps à ce métier. C’est difficile pour ma petite famille. Mais c’est indispensable pour réussir». Il sait par ailleurs que la pression et le stress sont le lot quotidien du commercial, qui doit satisfaire des exigences de rendement sans cesse croissantes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *