Khalid Soufiani : «La justice marocaine doit engager un procès contre les crimes d’Israël»

Khalid Soufiani : «La justice marocaine doit engager
un procès contre les crimes d’Israël»

ALM : Qu’est-ce qui a justifié votre démarche?
Khalid Soufiani : En fait, la plainte que nous avons déposée lundi s’inscrit dans le cadre d’une série de plaintes contre les crimes commis par Israël. C’est la commission juridique pour le soutien de la Palestine, composée de plusieurs avocats internationaux et que je préside qui s’en charge. Nous avons choisi de traiter cas par cas les différents crimes commis par l’armée israélienne lors de l’assaut contre la bande de Gaza en janvier 2009, notamment les personnes assassinées ou blessées et leurs familles. Il y a eu dans ce cadre une initiative de la part d’un ressortissant belge qui a attaqué Israël en justice auprès d’un tribunal belge arguant de l’atteinte à ses propriétés à Gaza. En ce qui concerne notre plainte, nous poursuivons Israël en justice pour la mort d’une ressortissante marocaine lors de cette offensive.

Quelles sont les informations que vous avez concernant cette Marocaine ?
Il s’agit, en effet, de Rkia Radi Abu Naji, fille d’un lauréat de l’Université Al-Quaraouiyine qui faisait partie du Mouvement national. Elle était mariée à l’ambassadeur de la Palestine au Sénégal. Ce dernier était pendant longtemps un expert auprès de l’ISESCO. Lors de l’attaque contre Gaza, elle a été tuée suite à un tir de deux opus sur sa maison ainsi que sa fille et son gendre alors qu’une autre fille a été blessée.

Pourquoi avez-vous attendu un an et demi pour réagir ?
Nous avons constitué un dossier complet à propos de ce crime. Nous avons rassemblé tous les documents nécessaires contenant les arguments et identifiant les responsables de ce crime parmi l’armée et la direction politique israéliennes. Ceci a demandé beaucoup de temps et c’est ce qui explique que nous avons mis un an et demi avant de déposer plainte. Ceci dit, après cette plainte, nous allons traiter d’autres dossiers notamment l’agression en pleine haute mer de la flottille de la liberté, à bord de laquelle il y avait plusieurs Marocains.

Qu’attendez-vous de la justice marocaine?
La justice marocaine est compétente dans cette affaire, en vertu de l’article 710 du Code de la procédure pénale ainsi qu’en vertu de l’article 166 de la Convention de Genève. Ceci est indiscutable car il s’agit d’une ressortissante marocaine. Ainsi, la justice marocaine doit engager un procès contre les crimes d’Israël. Ensuite, elle doit ordonner l’arrestation des responsables du crime notamment par l’Interpol ou au cas où ils se trouveront sur le territoire national. Viendra après la phase du procès. Si cela sera fait, il constituera incontestablement une victoire de la justice et du principe de lutte contre l’impunité.


Des avocats marocains et étrangers poursuivent Israël en justice
Un groupe d’avocats marocains et étrangers ont déposé, lundi 12 juillet, au Parquet de Rabat une plainte contre «les crimes d’Israël» en arguant du décès d’une ressortissante marocaine lors de l’offensive israélienne contre Gaza en janvier 2009. Les Marocains Abderrahim Jamaï, Abderrahmane Benameur et Mustapha Ramid, la Française Liliane Glock du barreau de Nancy et l’Américain Stanley Cohen font partie du groupe d’avocats qui ont déposé cette plainte. Selon le porte-parole de ces avocats, Me Khalid Soufiani, cette démarche repose sur l’article 293 du Code pénal marocain relatif à la «formation d’une bande armée et aux attaques contre des civils», et l’article 218 de ce code sur les personnes qui «commettent des actes terroristes dans le cadre d’un projet collectif». Le rapport Goldstone, publié en septembre 2009, accuse Israël et des groupes palestiniens d’avoir commis des crimes de guerre au cours de l’opération «Plomb durci» contre la bande de Gaza. Cette opération, du 27 décembre 2008 au 18 janvier 2009, a coûté la vie à quelque 1.400 Palestiniens, dont une majorité de civils, et 13 Israéliens, des soldats pour la plupart.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *