La CDT face à ses conflits internes et à l’usure du temps

La CDT, qui a bâti son discours, depuis sa naissance en novembre 1978, sur la nécessité de la lutte contre la bureaucratie et pour la démocratie, se retrouve, à présent essoufflée et contaminée par les mêmes maux et maladies qui ont secoué et rongé de l’intérieur sa rivale de toujours, l’Union marocaine du travail (UMT). Alors qu’au début, elle se proclamait indépendante, mais tout en étant proche des forces politiques de gauche, la CDT se retrouve désormais piégée dans les bras d’un nouveau parti, le Congrès national ittihadi (CNI), sans effet réel sur le cours des événements politiques du pays. Jamais, peut-être, un dirigeant d’une centrale syndicale n’a été aussi contesté par ses bases potentielles que ne l’est Mohamed Noubir Amaoui. Alors qu’il croyait détenir en otage ses anciens amis, à travers ses sorties médiatiques frondeuses et son style de gestion, fondé sur le népotisme et le sectarisme partisan, le voilà qui se retrouve de plus en plus seul et isolé.
Lors des dernières élections du représentant du personnel de la Fonction publique au sein du conseil d’administration de la caisse marocaine de retraite, le candidat du Bureau exécutif de la Confédération n’a pu être reconduit à ce poste. Pour ce qui est des élections du Conseil supérieur de la Fonction publique, des personnes proches du Bureau exécutif n’ont pas été élues.
Bien entendu, ce retrait progressif et constant du rayonnement de la CDT et de sa présence dans le champ syndical est dû en grande partie aux multiples vagues de confrontations et de conflits qui la minent de l’intérieur et l’affaiblissent, de jour en jour.Car, en tentant d’imposer des proches à la tête des bureaux nationaux, les dirigeants proches de Noubir Amaoui ont favorisé et accentué les animosités partout. Ainsi, après le Syndicat des Phosphates, qui s’est scindé en deux, en 1997, l’année 2002 a vu naître des mouvements de scission dans les syndicats les plus importants au sein de la CDT, comme c’est le cas pour l’Enseignement, l’Agriculture, la Santé publique, le Tourisme et les Chemins de fer.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *