La ceinture désormais obligatoire

La ceinture désormais obligatoire

Dorénavant les automobilistes doivent impérativement mettre la ceinture de sécurité sous peine d’amende de 100 DH. En cas de non-paiement, cette amende se fait substituer par une autre amende, cette fois-ci judiciaire, atteignant les 200 DH. En effet, le délai des 2 mois accordé pour les automobilistes afin d’équiper leurs voitures expire en date du 3 avril.   Tous les véhicules mis en circulation à partir du 3 février sont concernés. Pour les véhicules mis en circulation avant cette date, un délai supplémentaire de 10 mois est accordé pour équipement. Pour rappel, le décret ministériel (n°2-04-748) du 17 janvier 2005, est entré en application le 3 février. Ce texte stipule clairement : « le port de la ceinture de sécurité par le conducteur et l’occupant de la place avant est obligatoire en ville et par tous les occupants du véhicule à l’extérieur de la ville». Le dimanche était donc marqué par la rogne chez certains automobilistes qui ont été obligés de mettre leur ceinture de sécurité «Cette ceinture me serre et me rend malade. Je la mettrai sur la poitrine pour ne pas avoir de problèmes avec les agents de la circulation, mais je ne la fermerai pas », se plaint un chauffeur de taxi à Casablanca. L’attitude rebelle de cet automobiliste est à prendre en considération. Les Marocains n’ont pas l’habitude de mettre la ceinture de sécurité, que ce soit en milieu urbain ou à l’extérieur de ce périmètre. Cette nouvelle loi adoptée est basée sur un changement d’attitudes et d’habitude. D’où la difficulté de son application. « C’est une mesure à mettre en œuvre avec rigueur pour la simple raison que la route tue 3.878 personnes par an. Si le port de la ceinture est respecté, ce nombre pourrait sensiblement baisser», déclare Karim Ghellab, ministre de l’Equipement et des Transports. En effet, les statistiques à l’échelle internationale parlent d’un pourcentage du recul du risque d’être mortellement blessé dans un accident de 61% à condition d’un usage correct de la ceinture de sécurité. Selon le département de ce dernier: «les citoyens ont eu suffisamment de temps pour s’adapter à la nouvelle situation d’autant plus que la campagne de sensibilisation en matière de sécurité routière a été entamée bien avant la promulgation du nouveau texte». Et d’ajouter : «après ces efforts, nul n’est censé ignorer aujourd’hui la loi d’autant plus que cette loi est là pour protéger. La ceinture n’empêche pas les accidents, mais elle permet de sauver des vies et d’éviter des catastrophes».  
Pour l’information, cette loi s’intègre dans le cadre du Plan stratégique d’urgence de sécurité routière initié par le Département des transports depuis l’année 2003. C’est un ensemble de dispositifs qui se base notamment sur la multiplication des contrôles routiers ainsi que la sévérité renforcée des sanctions. Ce plan est entré en vigueur depuis déjà une année (avril 2004). Il serait à l’origine de la baisse sensible qu’ont connue les accidents de la circulation cette dernière année. Il est question d’un recul de 3,6 à 13,3% selon la nature de l’accident. Ce Plan concerne dans un premier temps le Grand Casablanca vu son poids en accidents : 20% des accidents de la circulation et plus de 10 % du nombre des tués. L’on attend à une généralisation dans tout le Royaume, selon un échéancier.
Deux autres mesures, incluses dans le même décret, rentrent en application. Il s’agit de l’usage du téléphone portable des automobilistes alors qu’ils sont au volant et l’occupation des places avant par les enfants de moins de 10 ans. à compter du 3 février, toute transgression est passible d’une amende de 100 DH par personne en infraction.
Ces amendes seront revues à la hausse dans le cadre du nouveau projet du code de la route en cours de finalisation. Les automobilistes n’ont qu’à bien se tenir !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *