La Colombe blanche veut renforcer son attractivité culturelle : 350 millions de dirhams pour l’ancienne médina de Tétouan

La Colombe blanche veut renforcer son attractivité culturelle : 350 millions de dirhams pour l’ancienne médina de Tétouan

Ce projet s’inscrit dans le cadre du programme global de la réhabilitation et la valorisation, en plus de la médina tétouanaise, celles de Salé, Meknès et Essaouira pour une enveloppe budgétaire de près de 2,35 milliards de dirhams.

Grâce à des projets de promotion et de mise en valeur de son patrimoine historique et touristique multi-centenaire, dont le plus important est celui de la réhabilitation et de la valorisation de l’ancienne médina, classée il y a plus d’une vingtaine d’années comme patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco, Tétouan ambitionne de devenir l’une des destinations culturelles par excellence. S’étalant sur une période allant de 2019 à 2023, ce projet de réhabilitation vise à favoriser le développement économique et touristique de la Colombe blanche. Il vient compléter d’autres programmes mis en place, dans ce même contexte, depuis 2011, et nécessite une enveloppe budgétaire de 350 millions de dirhams, dont plus de la moitié (200 millions de dirhams) est prévue d’être assurée par le Fonds Hassan II pour le développement économique et social. Il permet de mettre en état les multiples sites historiques et culturels de l’ancienne médina en vue d’assurer sa préservation et améliorer par conséquent son attractivité auprès de ses visiteurs nationaux et étrangers.

Il est à noter que ce projet s’inscrit dans le cadre du programme global de la réhabilitation et la valorisation, en plus de la médina tétouanaise, celles de Salé, Meknès et Essaouira pour une enveloppe budgétaire de près de 2,35 milliards de dirhams. Il permet de mettre en état le bâtiment menaçant ruine intra-muros de Tétouan. Il prévoit de donner un nouveau dynamisme à cet espace, chargé de la mémoire de la ville, à travers la restauration des monuments historiques et le renforcement de ses infrastructures. Il s’agit également de doter la médina, qui est la plus fréquentée des visiteurs, de parkings et de services sociaux de proximité.

Prévus d’être lancés en 2019, les travaux de réalisation de ce projet concernent d’abord la mise en état des édifices menaçant ruine, le renforcement des infrastructures et d’aménagement urbanistique, qui nécessitent dans leur globalité quelque 193 millions de dirhams. Il prévoit, en deuxième lieu, de réhabiliter et de mettre en valeur les sites historiques et culturels intra-muros pour un montant global de 117 millions de dirhams. Ce projet consacre au troisième volet, lié au développement économique, une enveloppe budgétaire de 40 millions de dirhams. Il s’agit, en plus de la construction de parkings, à la création des espaces pour accueillir des activités de commerce et d’artisanat pour une enveloppe de 40 millions de dirhams.

Considérée comme la plus fréquentée des visiteurs, la médina tétouanaise se distingue par sept portes (Bab El Oqla, Bab Saaida, Bab Mqabare et Bab Ejjyafe, Bab Nouader, Bab Toute et Bab Remouz), la Kasba de Jbel Dersa, la mosquée Al Baâcha, et le Fondouk Al-Lebbadi.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *