La Cour des comptes met à nu les lacunes du Ramed

La Cour des comptes met à nu les lacunes du Ramed

Dans son rapport annuel au titre de l’année 2018, la Cour des comptes avait pointé du doigt plusieurs lacunes ayant trait au Ramed.

 Parmi les  contraintes de types opérationnelles qui ont été relevées figure le manque de fiabilisation des déclarations des postulants suite à la détection des cas de double affiliation Ramed-AMO. En outre,  le renouvellement des cartes Ramed connaît des difficultés ne permettant pas au régime d’atteindre l’élan nécessaire sans omettre l’absence d’un système d’information intégré.

Par ailleurs, le décret n°2.08.177 a confié la gestion des  ressources du Ramed au ministère de la santé, et a limité le rôle de l’ANAM à la collecte des contributions annuelles partielles des personnes bénéficiaires en situation de   vulnérabilité   et   le   versement   des   sommes  collectées   au   compte d’affectation spéciale intitulé «Fonds spécial de la pharmacie centrale» du ministère de la santé . A fin juin 2017, l’enveloppe relative à la contribution de la population en situation de vulnérabilité a été estimée à 154,5 millions   DH .

Elle se trouve gelée devant la difficulté de la verser aux prestataires publics et ce à cause des contraintes légales qui ont été précédemment citées.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *