La direction des médicaments rassure : Pas de pénurie de Lévothyrox sur le marché

La direction des médicaments rassure : Pas  de pénurie de Lévothyrox sur le marché

Le Maroc recevra 600.000 nouvelles boîtes ce vendredi

Si l’on prend 300.000 boîtes réparties entre les différentes officines, cela représente à peine 30 boîtes de médicaments par pharmacie.

Cela fait maintenant plus d’un mois que des patients font le tour des pharmacies à la recherche du Lévothyrox, un médicament vital pour soigner l’hypothyroïdie. Au Maroc, ils sont des milliers à prendre ce médicament chaque jour pour compenser ou réguler leurs problèmes de dysfonctionnement de la thyroïde. Le 16 juillet dernier, le ministère de la santé avait publié un communiqué précisant que l’approvisionnement du marché en Lévothyrox va progressivement se stabiliser à partir de fin juillet.

Le ministre avait aussi expliqué ces perturbations par des difficultés en approvisionnement au niveau mondial dues à la hausse de la demande durant l’année en cours. Dans son communiqué, le ministère avait signalé avoir «réagi dès les premiers instants, en coordination avec le fournisseur, pour contenir cette situation, en facilitant l’accès aux stocks de réserve», tout en précisant que «le Lévothyrox fait partie des médicaments soumis à un contrôle rigoureux pour en assurer la disponibilité». Qu’en est-il aujourd’hui? Le directeur du médicament et de la pharmacie au ministère de la santé, Jamal Taoufiq, rassure. Il n’y a pas de pénurie du Lévothyrox au Maroc.

«L’approvisionnement du marché en Lévothyrox est aujourd’hui normal». Ce dernier fait savoir que «la consommation au Maroc est de 300.000 à 320.000 boîtes par mois. En juillet, 330.000 boîtes ont été consommées. Ce vendredi, le Maroc va recevoir 600.000 nouvelles boîtes, ce qui représente deux mois de consommation. Nous allons recevoir d’autres quantités durant le mois d’août». Le directeur du médicament et de la pharmacie signale «Au mois de juillet, il y avait un problème par rapport à un dosage de 200 microgrammes qui n’était pas disponible. Aujourd’hui la situation s’est rétablie». Selon M. Taoufiq, le mouvement de panique chez les patients est à l’origine de cette pénurie.

«Il s’agit en fait d’ une pénurie artificiellement entretenue par les patients. Inquiet de ne plus se procurer le médicament, le patient qui se déplace dans une pharmacie achète cinq boites au lieu d’en prendre une qui correspond en fait à sa consommation mensuelle.

Et c’est la raison pour laquelle le médicament n’est pas disponible dans certaines pharmacies. Si l’on prend 300.000 boîtes réparties entre les différentes officines, cela représente à peine 30 boîtes de médicaments par pharmacie. Il suffit que 5 clients achètent chacun 6 boîtes dans une même pharmacie pour n’y ait plus de Lévothyrox. Si chaque patient achetait normalement sa boîte de médicament chaque mois, le problème ne se poserait pas», explique-t-il.    

Le  Maroc n’est pas concerné par la nouvelle formule de Lévothyrox

La nouvelle formule du médicament Lévothyrox était au cœur d’une véritable polémique en France en 2017. Des milliers de patients avaient demandé de cesser l’utilisation de ce médicament qui serait à l’origine de nombreux effets secondaires. Au Maroc, le ministère de la santé avait rassuré  les patients qui ont recours à ce médicament  en précisant que le Royaume  n’est pas concerné par cette nouvelle formule.

L’ancien directeur du médicament et de la pharmacie, Dr Bouazza, a clairement indiqué que «la formulation du Lévothyrox actuellement commercialisée est la même depuis 2003», quant à la mise sur le marché de la nouvelle formulation qui ne peut se faire qu’après l’approbation du ministère de la santé et ce conformément à la réglementation en vigueur, le directeur avait expliqué: «Certaines décisions prises en Europe ne sont pas valables au Maroc.

Cette nouvelle formulation est spécifique à la France. Celle-ci a été effectuée à la demande de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé». Et par conséquent, il n’y aura pas de nouvelle formulation de ce médicament au Maroc. Le responsable avait également précisé  que ce genre de modification ne peut se faire que par le laboratoire après avis des autorités concernées et après preuve clinique majeure.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *