La fin du Marathon Moudawana ?

La commission chargée de la réforme du code du statut personnel « Moudawana » a été créée, il y a 29 mois. Des mois de débats, d’attente. L’association « Le Printemps de l’égalité » visite le parcours effectué depuis l’annonce de l’installation de cette commission et les démarches ainsi que les orientations qui lui ont été données pour mener à bien cette délicate tâche. « C’est avec le souffle coupé dans l’attente de la parution du nouveau code de la famille que nous visitons notre passé récent : 29 mois depuis la création de la commission chargée de la réforme », souligne le communiqué, précisant que « la mobilisation a été en même temps importante et d’une qualité remarquable ». et d’ajouter que « pour la première fois dans l’histoire du mouvement pour les droits des femmes, un mémorandum est porté collectivement par une trentaine d’associations à travers le pays, une communication soutenue à travers médias écrits et télévisuels est réussie et des témoignages poignants de vies brisées ont bouleversé l’opinion publique ». Avec le Printemps, ce sont des millions de Yamna, Fatna, Samira et Kenza qui attendent que justice leur soit rendue, que leur dignité soit retrouvée et avec elles le Maroc des démocrates passe son examen du progrès, poursuit le communiqué de l’association. A travers cet appel, le Printemps de l’égalité rappelle que la Moudawana, esprit et pratique ne correspond pas aux mutations de la famille marocaine, la citoyenneté effective qu’il défend passe par l’égalité entre les citoyens et les citoyennes en matière de droits et de responsabilités, la réforme de fond qu’il revendique est basée sur le principe de l’égalité entre l’homme et la femme dans la garantie de relations conjugales et familiales basées sur l’affection, le respect et la solidarité mutuels. Les propositions qu’il porte sont légitimées par la réalité des vécus de millions de femmes et d’enfants, les choix de démocratie dans lesquels s’est engagé notre pays et de la nécessité de restituer, à la législation concernant la famille, son rôle social de protection des droits des individus et des communautés.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *