La gestion des catastrophes naturelles: Le Maroc a encore beaucoup d’efforts à faire…

La gestion des catastrophes naturelles: Le Maroc a encore beaucoup d’efforts à faire…

La gestion des catastrophes naturelles au Maroc se fait par l’improvisation. Voilà en gros ce que révèle le tout récent rapport de la Cour des comptes.

Un rapport qui lève le voile sur le niveau d’efficacité des organismes et dispositifs mis en place par les pouvoirs publics pour prévenir les catastrophes, et les coûts y afférents. Il diagnostique donc tout le cycle de gestion des risques (évaluation des risques, prévision, prévention, gestion, réhabilitation, retour d’expérience, formation à la culture du risque…). En effet, notre pays a connu, au cours de la dernière décennie, plusieurs catastrophes naturelles qui ont été à l’origine de pertes de vies humaines, de dégâts matériels et de déficits importants sur les plans économique, social et environnemental. Ces événements ont nécessité des budgets importants pour reconstruire et réparer et pour protéger les zones exposées aux risques.

C’est ainsi que le rapport apporte des recommandations pour pallier tous les dysfonctionnements et vides juridiques en la matière. Il insiste de ce fait sur la nécessité de la mise en place d’une plate-forme nationale de gestion des risques.

En effet, l’insuffisance de coordination des efforts déployés dans la gestion des risques nécessite la mise en place d’une plate-forme nationale qui permettrait notamment d’assurer une meilleure coordination des actions, des moyens et des données d’informations entre les différents intervenants (départements ministériels, société civile, secteur privé,…) et rationaliser l’ensemble des ressources engagées dans la prévention.

De même, le rapport propose une structure organisationnelle pour la plate-forme qui gagnerait à être renforcée par l’adoption d’une stratégie nationale, d’un cadre juridique adapté et par l’identification des investissements prioritaires et des moyens appropriés de financement. Il s’agit aussi d’adopter une politique de sensibilisation de la population visant le changement des comportements et des attitudes face aux risques. Dans ce sillage, le rapport de la Cour des comptes comprend des recommandations détaillées relatives aux aspects financiers des risques naturels.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *