La guerre des routes continue

Douze personne ont trouvé la mort et 710 autres ont été blessés, dont 60 grièvement, dans de 582 accidents de la circulation survenus, du 19 au 25 novembre, à l’intérieur du périmètre urbain. Ces chiffres ont été communiquéspar la Direction générale de la sûreté nationale mardi dernièr. Etablissant une comparaison entre le bilan de cette semaine et celui de la semaine dernière, la Direction générale de la sûreté nationale fait état d’une baisse de 7,91 pc du nombre des accidents corporels, de 29,41 pc du nombre des décès et de 8,57 pc de celui des blessés légers. Malgré la baisse enregistrée au niveau des accidents corporels et des blessés légers, le nombre des personnes grièvement blessées dans des accidents de circulation a augmenté de 53,84 pc. Ces accidents sont généralement dus au non respect du code de la route par certains automobilistes, l’inattention des piétons, mais aussi à l’état des routes. Pendant les heures de pointe, la forte circulation, l’embouteillage et le dysfonctionnement de certains feux de signalisation, l’état mécanique de certains véhicules sont également derrière un certain nombre d’accidents. Au-delà des causes de ces accidents, il faut dire que leurs conséquences sont catastrophiques sur la société. Ils ont été derrière le malheur de plusieurs familles. Des handicapés qui sont condamnés à vivre le reste de leurs vies, parce qu’un autre roulait à grande vitesse à l’intérieur du périmètre urbain, sans respecter les passages réservés aux piétons. Des enfants sont devenus orphelins, parce qu’un autre roulait en état d’ivresse causant la perte de leur père ou de leur mère. Des parents ont perdu leur petit enfant, parce que le chauffeur du bus jaune, chargé du ramassage scolaire, fait fi des règles qu’il faut respecter, vu sa fonction, en plus du code de la route.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *