La Libye ralentira le développement de sa production

La Libye ralentira le développement de sa production

La Libye va retarder de cinq ans, de 2012 à 2017, son programme d’expansion des capacités de production de pétrole à 3 millions de barils par jour (mbj) en raison de contraintes budgétaires, a indiqué, samedi, Choukri Ghanem, patron de la compagnie libyenne de pétrole  NOC : «Nos plans étaient d’atteindre 3 mbj en 2012, mais à cause de la situation du marché et de contraintes budgétaires, le programme a été retardé», a expliqué M. Ghanem, «Ce niveau de production d’or noir devrait désormais être atteint en 2016-2017», a-t-il ajouté. À cette date, «nous pouvons atteindre le niveau de 3 millions de barils par jour mais nous avons besoin de budgets plus importants», a affirmé M. Ghanem, qui a le rang de ministre sans être membre du gouvernement.
Les capacités de production de la Libye sont actuellement de 2 mbj, mais le pays ne produit que 1,5 mbj pour respecter le quota de production que lui a alloué l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep). M. Ghanem, qui participait, samedi, au Caire à une réunion de l’Organisation des pays arabes exportateurs de pétrole (Opep), a également précisé que la production d’un important champ gazier, découvert jeudi, au large des côtes libyennes, devrait se chiffrer autour de 27 millions de pieds cubiques (767.000 m3) par jour. Il a précisé que les réserves de ce champ, situé dans le golfe de Syrte, devraient être supérieures à 5 ou 6 milliards de pieds cubiques (142 à 170 milliards de m3).
La découverte a été faite par une co-entreprise entre la NOC et la compagnie américaine Hess Corporation, qui possède 12,4% des parts.
Troisième producteur de pétrole en Afrique après le Nigeria et l’Angola, la Libye veut aussi développer sa production de gaz naturel dont les réserves prouvées sont estimées à 1.540 milliards de m3, selon l’Opep. Le pays a quasi-doublé ses exportations en gaz naturel en trois ans, de 5,4 milliards de m3 en 2005 à plus de 10 milliards de m3 de gaz naturel par an, toujours selon les chiffres de l’Opep. Pour rappel, les comités législatifs et exécutifs de Libye ont rejeté l’idée de Mouammar Kadhafi de distribuer directement les revenus du pétrole à la population, qui conduirait à dissoudre son propre gouvernement qu’il accuse d’être corrompu.
La majorité des Congrès populaires de base, si elle a donné son accord à ce programme sur le principe, avait voté le report de son application jusqu’à ce que des «mesures spéciales» aient été mises en place pour la stabilité du pays, selon l’agence de presse officielle Jamahiriya News Agency (JANA).
Le plan de partage direct des recettes du pétrole serait difficile à mettre en œuvre concrètement et conduirait principalement à la dissolution du gouvernement. Lors du vote, 251 des 468 Congrès populaires de base ont voté le report de l’application du programme, et 153 ont voté contre le programme.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *