La MAP à l’heure de la mise à niveau

La MAP à l’heure de la mise à niveau

ALM : Comment avez-vous accueilli les décisions prises lors du dernier Conseil d’administration de la MAP ?
Mohamed Khabachi : Il faut, d’abord, souligner que le Conseil d’administration de la MAP ne s’est pas tenu depuis des années. Les gens voyaient le conseil, qui s’est tenu lundi dernier sous la présidence du Premier ministre Driss Jettou, comme quelque chose d’exceptionnel. La présence de plusieurs poids lourds du gouvernement, tels que MM Fathallah Oualalou, Nabil Benabdallah, Mohamed Benaïssa, et des représentants du Cabinet royal, a également donné une grande importance à ce conseil. La présence de ces hauts responsables est de nature à faciliter la mise en œuvre des décisions prises lors de ce conseil. Maintenant, en ce qui concerne ma propre évaluation du conseil, plusieurs points intéressants étaient à l’ordre du jour, notamment le budget 2007, la discussion et l’approbation des rapports moral et financier ; il y avait bien sûr des questions que tout le personnel de l’agence attendait, à savoir l’organigramme et la question de la revalorisation des salaires. Parmi ces points, qui ont tous bénéficié de l’approbation, j’aimerais m’arrêter sur l’importance du nouvel organigramme mis en place, sachant que la MAP, depuis sa nationalisation en 1975, a continué à fonctionner avec un organigramme aujourd’hui dépassé. Avec le développement qu’a connu l’agence depuis cette date, et le développement qu’a connu le paysage médiatique national en général, cet organigramme est devenu un habit étroit pour la MAP. Il ne répondait plus à sa nouvelle mission et aux besoins d’adaptation à son environnement. D’où la mise en place d’un nouvel organigramme qui prend en considération ces nouvelles exigences. Je vous donne à titre d’exemple la création d’une rédaction en chef régionale qui doit chapeauter tout le travail axé sur les régions, lequel constitue désormais une priorité pour l’agence. Je vous donne également l’exemple de la création d’une rédaction en chef multi-médias pour être au diapason de l’évolution des nouvelles technologies en matière de communication, sans oublier la mise en place d’une direction commerciale qui traduit la volonté de l’agence de promouvoir ses nouveaux produits comme Map-Mobile (info donnée par SMS), la photo, la numérisation des archives…

Après le conseil, quelles seront vos actions prioritaires ?
Notre priorité actuellement, c’est notre redéploiement à l’échelle régionale. Nous ambitionnons, de façon légitime, de couvrir d’ici les prochaines années tout le territoire national. Et, donc, développer un journalisme de proximité pour inscrire notre action dans la politique de régionalisation du Royaume.

La MAP a connu ces dernières années une évolution indéniable du point de vue professionnel. Seulement, cette évolution n’a pas été accompagnée par une revalorisation des salaires de son personnel. Pourquoi ?
Effectivement, c’est là un point important. En fait, la MAP est un établissement public et, donc, il est soumis au régime indemnitaire de la fonction publique. Il est évident que, maintenant après l’essor qu’a connu la presse, notamment la presse écrite privée, la libéralisation également du champ audiovisuel, la révision du régime indemnitaire de la MAP se pose avec acuité. Aujourd’hui, les journalistes de la MAP sont les moins payés du secteur, alors qu’ils déploient un effort considérable et dans l’anonymat. La question a été posée lors du Conseil d’administration, et tous les membres ont reconnu la nécessité, voire l’urgence, d’une revalorisation du régime indemnitaire de la MAP.

La vétusté du statut juridique de la MAP ne risque-t-elle pas également d’entraver son évolution ?
Il est évident que le statut de l’agence dans un contexte libéralisé handicape quelque peu sa gestion administrative.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *