La médecine perd une grande dame

Le Professeur Noufissa Benchemsi, décédée mardi 16 mars des suites d’une longue maladie, a été inhumée mercredi à Rabat. Professeur à la Faculté de médecine de Casablanca depuis 1976, elle a créé et dirigé le Service d’hématologie clinique du CHU Ibn Rochd, comme elle a dirigé en parallèle le service de transfusion sanguine de Casablanca depuis 1980. En 1993, elle a pris en charge le Centre national de transfusion sanguine, où elle a mis en œuvre la politique nationale de transfusion sanguine, avec la création de près de 50 centres régionaux et locaux de transfusion. On lui doit la mise en place de procédures de contrôle de la qualité qui ont permis d’assurer la sécurité transfusionnelle et de préserver ainsi la santé de nos compatriotes. C’est grâce à elle et au dévouement de son équipe que le Centre national est devenu un centre de référence reconnu sur le plan international. «L’action du Professeur Benchemsi au niveau du Laboratoire d’hématologie et la prise en charge oncologique des patients l’ont ensuite conduite à réaliser la première greffe de moëlle à Casablanca», a indiqué le Professeur Abderrahim Harouchi dans un témoignage à la MAP, en soulignant que le «dévouement de la défunte, sa rigueur et son acharnement au travail lui ont valu tout au long de sa carrière le respect et l’estime de ses pairs tant au niveau national qu’international et l’affection de ses amis».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *